Jerry Lee Lewis est mort

Jerry Lee Lewis sur scène en 1977.
Jerry Lee Lewis sur scène en 1977.
Crédit: CC by Klaus Hiltscher

29 octobre 2022 à 10h53 par Iris Mazzacurati

Le pianiste était l’un des derniers pionniers de l’histoire du rock’n’roll. Il est décédé à Memphis, dans le Tennessee, à 87 ans. Retour sur une vie pleine de musique et de tumultes.

Les Great Balls Of Fire se sont éteintes. Avec la mort de Jerry Lee Lewis, c’est tout un (dernier) pan de l’histoire du rock qui s’en va.

Si Elvis a donné au rock sa sensualité, Little Richard sa démesure, Chuck Berry ses riffs éternels, Jerry Lee Lewis lui aura donné sa folie et sa dangerosité - il n’était pas surnommé The Killer pour rien.

Outre sa personnalité bien barrée, c’est surtout son jeu de piano unique en son genre qui déployait une énergie rarement égalée, qui valut à Jerry Lee Lewis ce surnom.

Entre cet instrument et lui, c’est d’ailleurs une longue histoire d’amour qui débute alors que Jerry Lee n’était encore qu’un enfant.

Il tente bien de s’orienter vers les études, mais sa passion pour la musique est plus forte. Il s’y adonne totalement, comme d’autres vendraient leur âme à qui vous savez.

A 21 ans, il signe chez Sun Records le légendaire label découvreur des plus grands musiciens rock du siècle. Il croise Elvis, Carl Perkins et Johnny Cash pour un bœuf légendaire et sa carrière prend un essor soudain.

On l’a dit : Jerry Lee Lewis est un dingue et sa folie se montre extrêmement communicative sur scène. Les tubes s’enchaînent (Whole Lotta Shakin’ Going OnGreat Balls Of Fire) et le musicien tutoie les sommets… desquels il ne tardera pas à redescendre.

Drogue, alcool et surtout gros scandale lorsque le monde découvre que Lewis s’est en fait marié avec sa cousine germaine qui n’a que 13 ans. Disgrâce. Mais Jerry Lee Lewis à la peau dure et le voilà qui revient par la country music à laquelle il s’adonne avec la même énergie.

Sa carrière est alors marquée par plus de bas que de hauts, mais Jerry Lee continue de se produire avec la même énergie. Il sera allé au bout du rock’n’roll.