Disparition de Massimo Morante, fondateur du groupe culte Goblin

Goblin et Massimo Morante en 2009.
Goblin et Massimo Morante en 2009.
Crédit: CC by Greg Neate

24 juin 2022 à 12h08 par Iris Mazzacurati

Le monde de la musique, du cinéma et de l’étrange pleure la mort du musicien italien dont le groupe avait notamment signé les bandes originales des films les plus terrifiants des années 70/80.

Quand on évoque le rock progressif, c’est surtout la Grande-Bretagne qui vient à l’esprit. Mais la scène italienne n’était pas en reste particulièrement avec Goblin. Sous influence Genesis et King Crimson, le groupe, formé par Massimo Morante et Claudio Simonetti entre dans la légende lorsque le cinéaste Dario Argento leur propose de réécrire entièrement la bande originale de Profondo Rosso, sorti en France sous le titre Les frissons de l’angoisse.

C’est un succès tel que le réalisateur et Goblin retravailleront ensemble sur Suspiria, autre chef d’œuvre du film d’horreur, dans lequel Goblin s’adonnera à diverses expérimentations sonores.

Fort de ce nouveau succès le groupe s’embarque dans l’ambitieux concept-album Il Fantastico Viaggio Del Bagarozzo Mark avant de marquer au fer rouge l’histoire du cinéma d’horreur en composant la bande originale du Zombie de George A. Romero, assurant à Goblin une exposition internationale.

 

Après une séparation puis une reformation à l’aube des années 2000 pour Le sang des innocents de Dario Argento, les chemins de Massimo Morante et Claudio Simonetti prennent la tangente.

Morante continuant de jouer sous le nom de Goblin Rebirth. La musique de Goblin demeure l’une des plus fascinantes et flippantes qui soit. Faites le test : écoutez la BO de Suspiria au casque dans le noir total.

Grazzie pour les frissons, Massimo.