Sticky Fingers, l’album mythique des Rolling Stones, a 50 ans

Publié le 26 avril 2021 à 16:17
Iris Mazzacurati Par Iris Mazzacurati
Rédacteur

Cinquante ans et pas une ride ! Le 23 avril 1971 sortait l’album Sticky Fingers des Stones… 

 

La pochette imaginée par Andy Warhol de l’album des Rolling Stones, Sticky Fingers.

 

Dans l’histoire du rock, c’est le disque de tous les changements. Changement de maison de disques : les Stones passent de Decca à CBS ; de guitariste : le tout jeune Mick Taylor remplace Brian Jones, absent pour cause de décès prématuré ; naissance du logo légendaire avec la fameuse langue coquine et création d’une pochette signée Andy Warhol, source, aujourd’hui encore, de nombreux désaccord entre puristes quant à l’identité du modèle qui a prêté son entrejambe moulée dans un jean’s fermeture éclair dézippable (enfin, jusqu’à un certain point pour ne pas abimer le vinyle juste en dessous).

Mais Sticky Fingers c’est surtout un son. Rural, âpre, rocailleux, presque inconfortable dans ses fulgurances rock qui ramènent le groupe à leurs débuts quand ils reprenaient brut de décoffrage leurs grands maîtres du blues. Sticky Fingers c’est aussi des titres qui invitent à se rouler dans des meules de foin – Wild Horses, Moonlight mile ou encore I got the blues. Alors oui, ça parle de substances illicites (Brown sugar, Sister morphine), oui l’album confirme le début de la période « en roue libre » du groupe mais, 50 ans plus tard, le plaisir est toujours grandiose.