Paul McCartney à Toronto : le report

Publié le 23 octobre 2015 à 13:02
Mathieu David Par Mathieu David
Rédacteur

Après avoir gagné un voyage à Toronto (Canada), incluant un concert du légendaire Paul McCartney, grâce au Morning du Matin (5h30-9h), Delphine et Valentine vous partagent leurs souvenirs.

Paul McCartney

Jeudi 15 octobre, c’est le Jour J. Avec ma fille de 16 ans, nous nous présentons au comptoir d’embarquement d’Air Canada à Roissy, prêtes à découvrir Toronto, cette ville du Canada anglophone sur les rives du lac Ontario. Après un vol de 8 heures, nous rejoignons l’hôtel Westin Harbour Castle en limo (les VTC locaux). L’arrivée dans Toronto par la voie rapide est juste impressionnante ! On longe les gratte-ciels aperçus au loin depuis l’aéroport et entre lesquels on aperçoit le lac Ontario et la CN Tower, symbole de la ville, avant d’arriver à notre hôtel sur les bords du lac. Tout est gigantesque, même le hall de l’hôtel qui ressemble à un hall de gare. Une fois notre clé récupérée, nous montons au 19e étage (en moins de temps que notre ascenseur angevin pour arriver au 1er…) et découvrons notre chambre et la vue qui va avec : une partie du Lac Ontario et des îles Toronto. C’est juste magnifique.

Pour éviter de sombrer dans le sommeil à cause des 6 heures de décalage et vu qu’il n’est que 14h à Toronto, nous décidons de suite d’aller découvrir les alentours de l’hôtel en empruntant Yonge Street qui se trouve être la plus grande rue du Canada : 1 896 km (du Lac Ontario jusqu’à Rainy River, dans le nord-ouest de l’Ontario). Mais nous sommes tellement fatiguées que nous retournons vers l’hôtel comme des zombies. Impossible cependant de dormir, alors nous commençons à poster des photos de cette première journée sur les réseaux sociaux en remerciant Air Canada et OÜIFM. Résultat, à minuit (heure locale) le #MornigOuifm a appelé pour passer en direct. : ça m’a bien fait rire et surtout, réaliser le décalage horaire ! (J’en profite d’ailleurs pour confirmer que l’appli fonctionne bien au Canada, mais que du coup nous réveiller avec le Café gourmand, voire la Grande Boucle ou la Onda Radio Show était plutôt déroutant)
Les deux jours suivants, après un petit-déjeuner très copieux nous sommes parties à la découverte de différents quartiers et monuments : Union Station, Chinatown, Little Italy, Kensingtown Market , le Sharp Centre for Design, le Nathan Phillips Square et le Old City Hall, l’Air Canada Centre (le deuxième plus grand stade de l’Ontario, maison des équipes de hockey “Toronto Maple Leafs” et de basket “The Raptors”) et la CN Tower qui domine la ville du haut de ses 553 et quelques mètres : depuis le belvédère, situé à 346 m de hauteur, on a une vue époustouflante sur Toronto et ses alentours et surtout, on teste sa résistance au vertige en arpentant le plancher de verre… une expérience inoubliable !

Le concert

La 1ère remarque de ma fille en arrivant à l’Air Canada Centre pour récupérer nos places fut de me dire qu’elle n’avait jamais vu autant de “vieux” et de cheveux blancs à un concert auparavant, même si elle n’était pas la plus jeune des spectatrices.

Une fois entrée dans l’ACC, les surprises continuent : nous sommes assises au 18e rang de la fosse, pile au milieu, juste sous la feuille d’érable, emblème du lieu. Magique ! Les fans commencent à s’installer autour de nous quand soudain, je vois arriver un spectateur qui me dit quelque chose. Je l’interpelle en lui demandant s’il ne s’appelle pas Dan…pendant que ma fille, qui réalise à qui je parle, se met à trembler… car oui, c’était bien Dan Kanter himself. Ce nom ne doit pas vous dire grand chose mais pour mon ado, c’est un peu le graal car ce n’est autre que le guitariste de Justin Bieber. Ne hurlez pas ! On peut accompagner Justin Bieber dans toutes les plus grandes salles du monde, on en n’est pas moins un fan inconditionnel de Paul McCartney et des Beatles. Les présentations faites et un selfie dans la poche on regagne nos places au moment où les premières notes d’Eight Days A Week se font entendre et que les presque 20 000 spectateurs se mettent à crier.

Il est 20h30 et les tubes des Beatles, des Wings et de Paul “tout seul” vont s’enchaîner pendant trois heures. S’accompagnant à la guitare électrique, au piano, à la guitare sèche et même au ukulele sur Something pour un hommage à George Harrison, Paul McCartney s’amuse sur scène et nous propose un show super bien rodé avec des effets pyrotechniques époustouflants, notamment sur Live and let die.

Entre deux morceaux, il interpelle les fans des premiers rangs en commentant avec humour les pancartes, ou fait monter des fans sur scène (un couple qui fêtait ses 35 ans de mariage ce soir là mais aussi une mère et sa fille, fans de mère …en fille). Au 1er rappel, McCartney est revenu sur scène avec un drapeau canadien, tandis qu’un de ses musiciens brandissait l’Union Jack anglais. Forcément, la salle était au comble de la joie. Autre grand moment au 2ème rappel : Mull of Kintyre avec la venue sur scène du Paris Port Dover Pipe Band : une soixante de joueurs de cornemuse pour l’accompagner juste avant un Helter Skelter à faire trembler les gradins. Trois heures de show intenses qui se sont terminées sur Golden Slumbers dans une explosion de confettis blancs et rouges.

En sortant de la salle, Dan Kanter (oui, oui) a récupéré la set list auprès de la régie et sachant que nous allions vous raconter notre “aventure canadienne” m’a proposé de la prendre en photo…
L’hôtel étant à deux pas du Air Canada Centre nous sommes rentrées rapidement, non pas pour nous coucher malgré la fatigue du décalage, mais pour regarder toutes les photos et vidéos prises durant la soirée, avant de nous écrouler.

Après un (autre) copieux petit-déjeuner, j’ai laissé ma fille dormir (ou plutôt raconter sa soirée à ses copines) et je suis partie faire un dernier tour et me suis retrouvée en plein “Toronto Waterfront Marathon” : une ambiance de dingue à nouveau avec des spectateurs partout à encourager les coureurs mais surtout la possibilité de marcher au milieu des rues fermées à la circulation pour encore mieux profiter de la ville (malgré les 2°C…) et prendre les dernières photos pour avoir le plus de souvenirs possibles.

Le vol de retour dimanche soir s’est bien passé… on n’a pas vu grand chose car on a dormi tout le long avant de retrouver Paris puis Angers lundi matin… en nous demandant si tout cela était bien réel.

Un énorme merci à Air Canada pour l’organisation sans faille de ce séjour et à OÜI FM qui fait gagner des concours énormissimes !

Delphine et Valentine

Pour participer à d’autres concours énormissimes, écoutez OÜI FM et n’hésitez pas à participer !