[Interview] Tuomas Holopainen, leader de Nightwish

Publié le 6 avril 2020 à 14:35
Mathieu David Par Mathieu David
Rédacteur

Ce vendredi 10 avril, Nightwish sortira Human. :||: Nature., son neuvième album studio. A cette occasion, Tuomas Holopainen, claviériste et principal compositeur du groupe de metal finlandais nous a accordé une interview dans laquelle il détaille la conception de ce disque, sans oublier de parler de ses inspirations.

Nightwish est de retour aux affaires, cinq ans après Endless Forms Most Beautiful, qu’est-ce que ça te fait ?

Après avoir fini le précédent album, nous avons décidé de prendre un an de pause. Cela faisait 20 ans que nous foncions sans prendre de pause, donc si on sortait quelque chose juste après, cela aurait été sous la contrainte. Et on ne doit pas se forcer à faire de la musique, ou de l’art, sinon, ce qui sort n’a rien de bon. Après cela, j’ai sorti un album pour un autre projet, Auri, puis on a fait la tournée Decades et j’ai senti l’inspiration venir. Quand les choses démarrent, tout roule ensuite. Cet album a été l’un des plus simples à composer, à répéter et à enregistrer. Pour moi, je n’ai pas l’impression que cinq ans sont passés, puisqu’on a bien été occupés entre-temps. Et ce n’est pas tant que ça, si tu regardes Kate Bush qui a laissé passé 35 ans entre deux tournées. Tout est relatif.

Tu dis que cet album a été plus facile à enregistrer que le précédent. Est-ce dû au fait que vous vous connaissiez mieux entre vous, notamment avec Floor Jansen [chant] et Kai Hahto [batterie] ?

Cela fait toute la différence. Plus tu connais tes musiciens, leurs habilités et leurs points forts, plus c’est facile de faire des morceaux. Vu que ça faisait longtemps, ils étaient contents et plein d’énergie en revenant en studio. Quand ils ont entendu les morceaux, j’ai pu voir qu’ils étaient satisfaits, parce que ces morceaux les ont mis au défi, notamment les chanteurs. Il y a de belles acrobaties vocales dans ce disque, mais Floor s’en est parfaitement sortie. On peut y entendre tous les aspects de sa voix, que ce soit sa signature, mais aussi des parties plus tendres, comme dans Procession, ou même des voix hurlées dans Tribal, et du chant lyrique dans Shoemaker.

Parle-nous de ce renouveau vocal.

Une épiphanie m’est venue en préparant la tournée précédente. Quand nous avons commencé à répéter les anciens morceaux, notamment Come Cover Me, de l’album Wishmaster. J’ai adoré ce que faisaient les chanteurs ensemble [Floor Jansen, Marco Hietala et Troy Donocley] et je me suis rendu compte qu’on n’avait pas exploité leurs trois voix ensemble sur album. J’ai donc décidé d’utiliser les harmonies vocales sur cet album et de mettre l’orchestre de côté [sur le premier CD] pour leur laisser plus d’espace, tout en laissant un ensemble de cordes et des choeurs.

Nightwish 2020

© Tina Korhonen

C’est votre premier double-album, avec deux disques très différents. Comment cela est-il venu ?

C’est arrivé par accident. Dans un premier lieu, nous ne voulions pas faire de double-album, mais quand nous avions fini d’enregistrer, le total faisait 83 minutes, ce qui dépasse la durée maximum d’un CD. Nous avons donc décidé de tout garder. L’ensemble s’adaptait plutôt bien : d’abord, tu as neuf morceaux, qui racontent des histoires sur des êtres humains, racontés par des voix humaines. Ensuite, tu marques une pause en changeant de disque et tu pars dans la nature avec une pièce orchestrale. Je suis content que notre label nous ait suivi dans cette démarche. Quand je leur ai dit qu’on devait sortir un double-album et ils ont immédiatement accepté.

Cette grande pièce orchestrale sur le second disque est inédit chez Nightwish. Qu’est-ce qui t’a fait décider que cela sorte chez vous et pas sur un autre projet ?

Je me suis dit que c’était le bon endroit et le bon moment pour le faire. Quand tu regardes l’histoire du groupe, on n’a jamais rien fait de tel. Quand j’ai mis cette idée sur la table, tous les membres du groupes étaient enthousiastes. C’est drôle que ça ressemble autant à un morceau de Nightwish, sans le groupe.

A l’écoute de Human. :||: Nature., on a l’impression que vous reprenez les thèmes et l’approche musicale d’Endless Forms Most Beautiful, tout en les approfondissant. Qu’en penses-tu ?

C’est absolument le cas. Je le vous comme ça aussi. Ce disque est vraiment dans la continuité du précédent, comme si c’était son petit frère. Il est tout de même plus dynamique est versatile dans son ensemble. Mais il commence là où The Greatest Show on Earth (morceau final d’Endless Forms Most Beautiful) s’arrête.

Certains morceaux, y compris dans le premier disque, semblent construits de manière moins conventionnelle. Était-ce voulu ?

C’est vrai, mais rien n’est vraiment intentionnel quand j’écris des morceaux. J’ai une histoire à raconter et la musique s’y adapte. Je m’inspire pas mal de la série Black Mirror, sur un morceau comme Noise par exemple. Ensuite, ça sort comme ça sort. Je pense qu’il faut laisser chaque morceau sortir naturellement, sans avoir de démarche calculée. C’est comme ça que tous mes morceaux sont sortis. C’est vrai que les structures sont moins habituelles sur ce disque, ce n’est pas le plus facile à intégrer à l’écoute, mais je pense qu’il s’inscrira dans la durée.

Et du coup, comment comptez-vous présenter ces morceaux inhabituels sur scène ?

Nous n’allons pas jouer la grande pièce orchestrale. Mais nous avons déjà répété les morceaux pendant quatre semaines, donc nous savons déjà lesquels se prêtent le mieux au live. Nous avons aussi commencé à réfléchir avec quels morceaux plus anciens ils se marieraient et je pense que le mélange sera intéressant.

Depuis le début de Nightwish, les thèmes abordés dans tes paroles ont évolué dans le temps. Peux-tu nous en parler ?

Au début de notre carrière, il y avait pas mal de thèmes fantastiques et mythologiques et un peu de Disney [rires]. Puis j’ai abordé des thèmes plus personnels, notamment dans les albums Century Child, Once et Dark Passion Play. Il y a eu un petit retour aux thèmes imaginaires avec Imaginaerum. Puis nous avons changé avec Endless Forms Most Beautiful, les paroles n’ont rien à voir avec d’éventuelles pages de nos journaux intimes respectifs, mais plus des choses qui se passent dans le monde nous intéressent et nous inspirent.

Qu’est-ce qui t’a inspiré pour Harvest, votre dernier single en date ?

Cette chanson est taillée pour la voix de Troy [chanteur et multi-instrumentiste], grâce à son atmosphère celtique. Elle peut être interprétée de différentes manières. Ses paroles peuvent être vues comme sombres, puis qu’elles concernent la mort, mais elles parlent aussi de danser face à la mort. De toute façon, la faucheuse viendra à un moment, la récolte [harvest] viendra, donc que peux-tu faire à part danser ? C’est ce que représente cette longue partie instrumentale plutôt joyeuse, avant de revenir au refrain.

Tu as d’ailleurs écrit presque toutes les paroles des morceaux de Nightwish. Sais-tu comment les autres membres voient cela ?

C’est vrai qu’à part quelques morceaux sur Endless Forms Most Beautiful [Yours is an Empty Hope, Weak Fantasy et The Toolmaker] auxquels Marco [bassiste et chanteur], a contribué, j’ai signé toutes les paroles. J’imagine que les autres membres en sont satisfaits [rires], puisqu’ils ne m’en ont pas proposé. Ce n’est pas quelque chose dont nous avons parlé, mais je leur ai toujours dit que s’ils avaient des idées, qu’ils me les présentent.

Qu’en est-il de l’apport des autres membres dans l’écriture de ce disque ?

Cette fois, je me suis occupé de tous les morceaux, puisqu’ils sont venus si facilement. Je n’avais pas besoin d’aide. D’habitude, Marco contribue aux compos, mais il était occupé avec son album solo.

Lors de la tournée précédente, est-ce le fait de réarranger les anciens morceaux t’a données des idées pour d’éventuels réenregistrements ?

Non, je pense qu’il faut les laisser tranquille. En 2005, nous avions refait Sleeping Sun, mais je préfère l’originale. Il y a toujours quelque chose qui manque quand tu commences à ressortir d’anciens morceaux. Même si la production était moins riche et qu’on jouait un peu moins bien, ça reste un reflet de l’époque de l’état du groupe à cet instant. Si tu essaies de le refaire, quelque chose disparaît forcément. Je préfère utiliser l’énergie créative pour quelque chose de neuf. Si Metallica réenregistrait Kill’em All maintenant, ça me ferait très peur. Cet album n’est pas sans défaut, mais je l’aime tel qu’il est.

nightwish - human nature

Tracklist de Human. :||: Nature. :

  • CD 1
  1. Music
  2. Noise
  3. Shoemaker
  4. Harvest
  5. Pan
  6. How’s The Heart?
  7. Procession
  8. Tribal
  9. Endlessness
  • CD 2
  1. All The Works Of Nature Which Adorn The World – Vista
  2. All The Works Of Nature Which Adorn The World – The Blue
  3. All The Works Of Nature Which Adorn The World – The Green
  4. All The Works Of Nature Which Adorn The World – Moors
  5. All The Works Of Nature Which Adorn The World – Aurorae
  6. All The Works Of Nature Which Adorn The World – Quiet As The Snow
  7. All The Works Of Nature Which Adorn The World – Anthropocene (incl. “Hurrian Hymn To Nikkal”)
  8. All The Works Of Nature Which Adorn The World – Ad Astra