Elvis Presley : ses derniers enregistrements studio bientôt dévoilés dans une anthologie

Publié le 17 juin 2016 à 17:16
Aurélie Duhamel Par Aurélie Duhamel
Contributrice

Elvis Presley - Way Down In The Jungle Room - RCA Records & Legacy Records - 2016Le double album Way Down In The Jungle Room sortira le 5 août prochain chez RCA Records et Legacy Recordings.

Bientôt 39 ans après sa disparition, Elvis Presley restera un maître du genre pour le public et pour la génération d’artistes et groupes qui ont émergé dans son sillage. Le 5 août prochain, RCA Records – label historique du King depuis le rachat de son contrat à Sun Records en 1955 – et Legacy Recordings – label de rééditions de Sony Music – vous proposent de replonger dans l’univers foisonnant d’un véritable pionnier du rock mondial.

Inédit, ce double album compile les derniers enregistrements de l’artiste (1966-1977) – remixés et arrangés par l’ingénieur Matt Ross-Spang dans sa célèbre « jungle room », le studio du manoir Graceland à Memphis, dans le Tennessee.

« Pour la première fois, Way Down In The Jungle Room, rassemble en une seule et même collection, des enregistrements originaux et raretés capturées durant deux mythiques sessions – du 2 au 8 février 1976 et du 28 au 30 Octobre 1976, » précise le Legacy Recordings sur son site. Sessions qui se sont déroulées dans l’intimité de son studio personnel, entouré de membres de son groupe de tournées tels que James Burton (guitariste), Ronnie Tutt (drums), David Briggs (claviers) ou encore Norbert Putnam (basse).

Se renouvelant sans cesse, ces sessions d’enregistrements étaient à l’époque motivées par la volonté ferme de créer de nouveaux sons, sans aucune restriction ou impératif commercial. Dix morceaux ont été édités sur un premier album au printemps 1976 baptisé From Elvis Presley Boulevard, Memphis, Tennessee. D’autres pistes sont également gravées sur l’album Moody Blue (1977), dont est extrait le tube Way Down, dernier single enregistré avant sa mort le 16 août 1977.

Si la paternité du rock’n’roll est souvent attribuée à Bill Halley & His Comets pour le tube Rock Around The Clock, le producteur Sam Phillips renverse la tendance lorsqu’il découvre le jeune Elvis Aron Presley en 1953, qu’il signera ensuite dans son écurie, le label Sun Records. Chanteur et bête de scène redoutable, Elvis Presley popularise auprès de la jeunesse blanche américaine un genre musical qu’il invente à son image, loin des préjugés raciaux de l’époque, en scellant l’union entre le rhythm and blues des artistes noir et la musique country blanche.