11 mars 1955 – Naissance de Nina Hagen

Publié le 11 mars 2012 à 0:01
Cécile Descamps Par Cécile Descamps
Rédactrice

Nina HagenNina Hagen, icône punk aussi barrée que prolifique, est née à Berlin Est le 11 mars 1955. Elle est alors Catharina, fille d’un père scénariste et d’une mère actrice…

Alors qu’elle n’a que deux ans, ses parents se séparent, et ce n’est autre que Wolf Biermann, le poète dissident, qui sera désormais son beau-père… et exercera une grande influence artistique sur elle.

A 16 ans, souhaitant suivre les traces de sa mère, Nina arrête les études pour tenter d’intégrer l’école gouvernementale d’acteurs… mais échoue au concours d’entrée. Alors elle choisit de s’exiler en Pologne où elle chantera dans un groupe qui reprend des titres de Janis Joplin ou Tina Turner. A son retour en Allemagne, elle fonde le groupe Automobil, avec lequel elle interprète son mythique morceau Du hast den Farbfilm vergessen.

Elle passe brièvement par le groupe Fritzens Dampferband, mais bien vite, elle doit suivre sa mère et son beau-père, déchu de sa nationalité, à Berlin Ouest. C’est l’aubaine pour Nina, qui se rend alors en Angleterre, où la scène punk londonienne est en plein fourmillement. De retour à Berlin, elle monte un nouveau groupe avec lequel elle enregistre Nina Hagen Band, son premier album où éclatent son charisme, son talent, et sa voix. Il est bien vite suivi, en 1979, de l’album Unbehagen, sur lequel on trouve le célèbre African Reggae, et qui fut disque d’or dans de nombreux pays.

http://www.youtube.com/watch?feature=player_detailpage&v=ldbK0d2Wa-g

Finis, les passages de groupe en groupe, Nina se lance en solo sur l’album  NunSexMonkRock. Elle s’installe aux Etats-Unis, se convertit au boudhisme, donne naissance à sa fille, Cosma Shiva. En 1983, elle enregistre Angstlos, produit par le précurseur des musiques électroniques Giorgio Moroder, contenant le tube New York/NY. C’est à cette époque qu’elle profite de plus en plus de ses apparitions publiques pour parler de Dieu, des extraterrestres, du droit des animaux, de politique… Deux ans plus tard, elle sort tout de même un nouvel album, Nina Hagen in Ekstase, qui sera suivi d’une tournée internationale.

En 1990, elle est installée à Paris avec sa fille quand naît son fils, Otis. L’année suivante, elle repart sur les routes pour la sortie d’un nouvel album, Street, suivi de plusieurs disques plus ou moins mystiques…

En 2003, la « prêtresse » se tourne vers le passé et reprend douze standards du jazz, puis en 2006, des chansons populaires allemandes et internationales des années 30.

En août 2006, Nina Hagen devient membre du jury de la version allemande de l’émission de télé réalité Popstars.

En 2009, Nina Hagen, d’origine israélite par son père, a été baptisée dans un temple protestant dans le nord de l’Allemagne et publie, en 2010, un livre intitulé Bekenntnisse (Confessions, dont le titre paraphrase le célèbre ouvrage de saint Augustin) qui retrace son itinéraire spirituel vers le christianisme.