« The Handmaid’s Tale », une série très attendue

Publié le 5 mai 2017 à 18:45
Angèle Chatelier Par Angèle Chatelier
Journaliste

Diffusé aux États-Unis depuis seulement quelques jours, la série The Handmaid’s Tale connait déjà un succès flagrant et engendre bon nombre de questionnements sur la vie et le droit des femmes dans un État totalitaire. Elle sera diffusée en France dès le 27 juin sur OCS Max. 

Comment une démocratie peut-elle basculer en un État totalitaire en un claquement de doigts ? Dans l’Amérique alternative de la série The Handmaid’s Tale, créée par Bruce Miller, le taux de natalité est d’une faiblesse record suite à une crise biologique. Les femmes – sur fond de questionnement sur leurs droits – sont soumises à des règles très strictes et totalement démises de leur statut de citoyennes. Il y a les Épouses, les femmes des Dirigeants et… les Servantes. Leur unique fonction : la reproduction. Le tout sur un rite angoissant, réglé comme du papier à musique. Terrifiant. Le personnage principal, Offred (interprétée par Elisabeth Moss que vous avez notamment pu voir dans Mad Men) est l’une d’entre elle. Dès le premier épisode, l’on comprend très vite qu’Offred doit « se reproduire » avec un « Commander » dont la femme est stérile. Chaque « reproduction » est contrôlée, vue et réglementée par cette dernière.

L’ambiance semble terrifiante. Elle est même « dérangeante et saisissante » et « secoue le spectateur au bon endroit » raconte le site Premiere. Un climat politique et sexuel d’horreur, retranscrit du livre La Servante écarlate de Margaret Atwood, sorti en 1985.

Le plus troublant : qu’une telle société puisse naitre, aujourd’hui, en 2017. « Pour que cette société se mette en place, c’est juste un long et lent processus silencieux… » a souligné Elisabeth Moss dans Entertainment Weekly. Elle ajoute : « Il n’y a qu’à regarder autour de vous pour voir aujourd’hui, dans notre monde, le droit des femmes à disposer de leur corps remis en question, mais aussi le droit de protester, la libre expression de journalistes… Lorsque les droits et la liberté sont bafoués, un à un, c’est le moment où Gilead (la nouvelle République de la série ndlr) s’installe. »

Dans The Handmaid’s Tale, la sexualité féminine entière est surveillée. Les hommes ont pris possession de la société et la contrôle. L’actrice l’avoue : la série porte sur des questions majeures. « J’aimerais que ce ne soit que de la fantasy. J’aimerais que l’on soit dans la pure science-fiction. Mais ce n’est pas le cas » a-t-elle ajoutée.

The Handmaid’s Tale sera probablement LA série à voir cet été. Elle sera diffusée en France à partir du 27 juin 2017 sur OCS Max. Elle est actuellement disponible sur la plate-forme Hulu (concurrente de Netflix) aux États-Unis. Une saison 2 a par ailleurs déjà été commandée.