N’oublions pas la piste cachée !

Publié le 6 novembre 2013 à 17:33
Cécile Descamps Par Cécile Descamps
Rédactrice

C’est Al Horner, bloggeur sur le site du NME, qui nous interpelle : à l’heure du numérique, que vont devenir les « chansons secrètes », cachées à la fin des albums ? Petit retour sur les meilleures pistes cachées du rock…

Vous vous souvenez probablement des pistes cachées, ces chansons situées tout à la fin des albums ? On les découvrait après un plus ou moins long silence, après la dernière piste, comme un petit cadeau laissé là par l’artiste qui remercierait le fan d’avoir acheté son disque ! À l’heure où 42% des albums vendus le sont en mp3, difficile pour les artistes de garder la surprise d’une chanson cachée… notamment à cause de la foutue barre de défilement de nos players !

Le journaliste ne se plaint pour autant pas de l’avénement du mp3, et c’est sans nostalgie qu’on se souvient avec lui de la galère de trimballer ses CDs dans un sac à dos, ou de tenter de fourrer son DiscMan dans une poche ! Mais c’est avec émotion qu’on peut se souvenir, au détour de cet article, des pistes cachées qu’on a pu découvrir sur certains grands albums rock…

La très courte Her Majesty, des Beatles, qu’on trouve sur l’album Abbey Road, est très certainement la toute première « chanson secrète »…

Les Ramones reprennent le thème de Spiderman à la fin de l’album ¡Adiós Amigos! (version vinyle) :

Train in Vain, de The Clash, fut écrite en une nuit et enregistrée à la toute fin des sessions en studio pour London Calling. Les pochettes étaient donc déjà en cours d’impression, voilà pourquoi la chanson n’y figure pas !

Une petite dernière ? Endless, Nameless, sur le mythique Smells Like Teen Spirit de Nirvana !

Et vous, quels sont vos meilleurs souvenirs de pistes cachées ?