Les Nuits Secrètes : entrez dans la confidence…

Publié le 4 août 2015 à 11:42
Cécile Descamps Par Cécile Descamps
Rédactrice

Le pari fou des Nuits Secrètes est une nouvelle fois tenu. Pour sa 14ème édition, ce festival pas comme les autres a rassemblé plus de 70 000 personnes ! Et pour les attirer à Aulnoye-Aymeries, l’orga a son secret : proposer une prog’ de qualité, bien sûr, mais aussi faire preuve d’inventivité et d’originalité… 

The Dø, Balthazar, Asaf Avidan, Fauve, Girls in Hawaii, Deluxe, Minuit, Grand Blanc, Jeanne Added, Songhoy Blues, The Broken Circle Breakdown… les Nuits Secrètes sortent des sentiers battus dès la découverte de leur affiche, avec une programmation audacieuse qui se démarque des grosses machines festivalières de l’Hexagone. « Il y a une grande notion d’accompagnement dans notre programmation. Des artistes viennent et reviennent. Il y a des amitiés qui se sont liées.« , nous explique Connan, co-directeur du festival.

Angèle a tendu son micro aux artistes :

Les scènes se trouvent toutes deux en plein cœur de la ville et, surprise, la plus grande d’entre elles est totalement gratuite, afin de permettre au plus grand nombre de profiter d’une partie de l’événement… dans lequel sont déjà impliqués de nombreux habitants de la ville, notamment par le biais du bénévolat. En effet, les aulnésiens de 7 à 77 ans sont des habitués des Nuits depuis leurs débuts, de plus en plus convaincus de l’opportunité d’un coup de projecteur culturel et positif sur leur ville.

Le grand secret des Nuits réside aussi probablement dans les inédits « parcours secrets ». Montez dans un bus, destination inconnue, et laissez vous surprendre ! Les très rock’n’roll The Mamy’s and The Papy’s vous attendent sous un chapiteau, le savant fou bricoleur Pierre Bastien vous invite dans un ancien stand de tir, le collectif chaloupé The Meridian Brothers joue ses rythmes caliente au cœur des ruines d’un forum antique, le trop rare duo de bluegrass made in Belgium The Broken Circle Breakdown, met en musique votre pique nique au golf, le guitariste Sébastien Martel prend part à une performance unique dans une église des environs, tout comme Girls in Hawaii pour un set exclusif…

« Le principe des parcours secrets, c’est de provoquer une rencontre inédite entre l’artiste, l’équipe et le public. Il y a souvent des créations, des performances montées spécialement pour le festival. Au-delà de la notion d’inédit, d’exceptionnel ou de rareté, présentes dans de nombreux festivals, nous jouons sur le secret, la surprise« , développe Olivier Connan.

Le festival se veut aussi le révélateur d’un secret jusque là bien gardé : malgré une crise économique impitoyable qui sévit dans la région depuis les années 70, le Nord n’a pas dit son dernier mot et a encore de la ressource, au-delà de sa capitale, Lille. L’Avesnois entend bien tirer son épingle du jeu et réussir sa reconversion post industrielle en devenant un fleuron de la diffusion culturelle.

D’abord portée par des financements publics, l’initative des Nuits Secrètes séduit de plus en plus les investisseurs privés, et ce n’est pas pour déplaire au maire d’Aulnoye-Aymeries, Bernard Baudoux, qui compte ainsi rendre sa fierté à l’Avesnois : « Historiquement, ce territoire était extrêmement fier de son histoire industrielle. Il faut dire qu’il y avait ici la classe ouvrière la plus qualifiée de France. Ça s’est arrêté d’un coup. Depuis, beaucoup pensaient que plus rien n’était possible ici. J’ai donc voulu retricoter l’histoire. À l’époque, 10 000 jeunes sont partis. La création des Nuits Secrètes, c’était une façon de ramener la jeunesse chez nous et de montrer que sur ce territoire, on pouvait avoir des rêves les plus fous. »

La baisse des financements publics pourrait bien remettre en question la gratuité évoquée plus haut dans les années à venir. Qu’importe pour le maire, pour qui « la qualité du festival, ce n’est pas sa gratuité mais son exigence artistique« . L’élu tient pourtant à ne pas exclure la frange la plus populaire de la population : « Notre rôle, c’est de défendre l’accessibilité, mais elle ne passe pas forcément par la gratuité. »

Le festival a d’ailleurs mis en place cette année, sur le principe du « café en attente », celui des « Nuits suspendues ». Certains cafés, restaurants ou boulangeries incitent leurs clients au partage : un client prend un café dans un bar, mais en paye deux. Le second est mis en attente, et sera servi à une personne qui ne peut s’en offrir un. Ce principe simple et solidaire a été appliqué à la billetterie de la scène payante du festival.

Pour continuer son expansion, les Nuits Secrètes comptent désormais sur la construction d’une SMAC (scène de musiques actuelles) à Aulnoye-Aymerie dans les années à venir.