Le Rock Dans Tous Ses États à Évreux : un festival en danger

Publié le 19 juin 2015 à 13:03
Angèle Chatelier Par Angèle Chatelier
Journaliste

FestivalAnnulations, baisses de subventions, nouvelles mairies, coupes budgétaires : les temps sont durs pour la culture. Alors que François Hollande déclarait « faire de la culture l’une des priorités de son quinquennat« , elle subit actuellement des sévices considérables. Et le festival le Rock Dans Tous Ses États, que OÜI FM soutient depuis des années, en fait lui aussi les frais.

2015, année de la désolation : 143 structures culturelles et festivals annulés. Raisons politiques, budgétaires, histoires de subventions, réseaux politiques en mouvements… Chacun en prend pour son grade.

Le Rock Dans Tous Ses Etats, né en 1984, est depuis 1989 porté par la salle et l’équipe de l’association l’Abordage. Depuis quelques années toutefois, ce lieu propice à la culture ne répond plus aux normes de sécurité actuelles. Ce fut un argument pour construire une SMAC (Salle de Musiques Actuelles) dont la gestion devait logiquement revenir à l’Abordage à l’époque. Cette construction remplit les objectifs fixés par le Ministère de la Culture depuis plusieurs années : disposer d’une SMAC par département et maintenir ainsi une attractivité culturelle.

La nouvelle SMAC, terre de difficultés

Tout le problème est là : la construction de cette SMAC semble poser des problèmes à la mairie d’Évreux. Le maire en place, Guy Lefrand, fut élu en mars 2014 lorsque les travaux avaient déjà commencé. Son objectif de campagne : faire des économies. Pour cela, “hors de question d’augmenter les impôts” déclare-t-il. « Avec la baisse des dotations, la ville d’Évreux va devoir se passer de 1,2 million d’euros« . C’est donc dans le budget de la culture qu’il a fallu piocher. « Il fallait procéder ainsi pour mettre un coup de pied dans la fourmilière » se justifie le maire « La culture est, et de loin, le premier budget d’investissement de la commune« .

Résultat : des suppressions de postes dans les entreprises culturelles de la ville, une baisse de la subvention municipale à la Scène NationaleÉvreux-Louviers, à l’Abordage et la délégation de la gestion de la future SMAC.

En effet, la nouvelle municipalité a renoncé à la procédure de délégation de service public en créant un EPCC (Etablissement Public de Coopération Culturelle). En outre, cette SMAC pourra être associée à plusieurs collectivités territoriales mais aussi et surtout à l’État dans l’organisation et le financement de la salle en tant que telle. (Ce qui permettrait à la mairie d’y mettre son grain de sel). L’objectif de cet EPCC, à terme, est de mutualiser les postes et être dans l’obligation de fait, d’en supprimer.

Hedi Hassouna, directeur artistique de l’Abordage nous explique que malgré des appels d’offres, la mairie n’a pour le moment accepté aucun de leurs budgets, malgré une demande minimum. « Il était prévu que la ville nous confie la mise en route de l’inauguration et la programmation de la première saison, car cet EPCC va prendre plusieurs mois« , nous explique-t-il. « Le discours officiel, c’est le souhait que nous soyons opérateurs Musiques Actuelles dans ce nouveau lieu, mais dans les faits, notre budget minimum a toujours été rejeté par le maire« .

D’autant que la construction de cette SMAC n’était pas voulue par la nouvelle mairie, et celle-ci ne s’en cache pas. Elle lui coûtera un million d’euros de fonctionnement. Cependant, après des tentatives de stoppage, les travaux ont pu continuer. Le Conseil Général et d’autres partenaires avaient versé des subventions pour cette salle, et pas pour autre chose. Tentative ratée, donc. Mais la bâtisse n’a pas fini de faire parler d’elle, d’autant qu’elle est intimement liée au festival normand.

Le Rock Dans Tous Ses États, un budget lésé et un festival en danger

Le festival Le Rock Dans Tous Ses États ne serait rien sans l’Abordage. Tous les ans, des dizaines de bénévoles prennent part à l’organisation du festival. Surtout, l’Abordage produit le festival, ils font partie de la même structure, ce sont les mêmes équipes et les mêmes salaires. Les décisions politiques tardives ont impacté considérablement l’édition 2015 du festival.

Jusqu’alors, la mairie d’Évreux versait 75 000 euros à l’association l’Abordage. Par nécessité économique selon le maire, 10 000 euros seulement leur ont été alloués cette année, et le festival en lui-même a perdu 10 000 euros de subventions. Les deux entités indissociables sont donc privées de 65 000 euros. Difficile, pour l’Abordage, de mener à bien ses projets culturels pour la ville d’Évreux quand on perd plus de 50% de ses subventions.

La raison de cette perte selon la mairie ? La « saison blanche » de l’Abordage. 2015 ne put accueillir de scène à cause de la non-conformité de la salle et devait être l’année de la préparation à l’installation dans la nouvelle SMAC. L’Abordage se défend : « Nous n’avions pas prévu de nouvelle saison car elle devait se passer dans la SMAC avec des soutiens et des conventions différentes« , nous explique Hedi Hassouna. « Nous avions d’autant plus très peu de visibilité sur ce qui allait se passer au niveau du bâtiment actuel« .

Selon Jean-Pierre Payon, adjoint au service de la culture de la mairie d’Évreux, les organisateurs furent pourtant informés de la baisse de subventions dès novembre dernier : « il faut savoir que les dotations budgétaires de l’Etat ont été diminuées cette année. Résultat, nous avons baissé les subventions de 3% pour toutes les associations à Évreux » nous déclare-t-il. « Le Rock Dans Tous Ses États continue d’avoir toutes les subventions de ses partenaires, et ils savent où ils vont depuis décembre ».

Difficile, dans ces conditions, de proposer une programmation équivalente à celle des précédentes éditions du festival. Disponibilités des artistes (déjà présents dans la plupart des festivals), temps de bouclage mais surtout, cachets des artistes, trop chers pour les nouveaux moyens… Toutes ces embûches n’ont pourtant pas empêché l’équipe de proposer, non sans difficulté, une programmation de qualité pour cette édition 2015 dont OÜI FM est partenaire.

On souffle pour 2015, mais l’année prochaine ? Les suivantes ? Assistons-nous à une désertification culturelle d’Évreux ? Le festival pourra-t-il perdurer dans de telles conditions économiques et politiques ?

Face aux craintes que nous partageons concernant l’avenir des évènements culturels et en particulier les festivals, la ministre de la Culture Fleur Pellerin propose aux villes qui maintiennent leurs efforts pour la culture un « pacte » sur trois ans qui stabiliserait les financements de l’Etat (AFP). Dans un communiqué de presse, elle déclara à la suite des annonces du nombre d’annulation d’évènements culturels son engagement auprès des collectivités territoriales « en maintenant sur leur territoire les crédits du ministère de la culture pour les trois prochaines années, s’ils acceptent eux aussi de stabiliser leurs financements »

Angèle Chatelier