Facebook va (enfin) réglementer l’utilisation de la musique sous copyright

Publié le 30 décembre 2016 à 18:55
Matthias Haghcheno Par Matthias Haghcheno
Rédacteur

Il en va du bonheur des artistes et de leurs représentants.

Mark Zuckerberg : content avec la musique ?

Photo de profil Facebook

Il y a quelques mois, l’industrie musicale levait un énorme bouclier en face de YouTube, sommant le site web de corriger le tir concernant les droits d’auteur bafoués sur sa plate-forme. Si les choses se sont arrangées depuis la mise en place du Content ID (une sorte de scan maison censé détecter la musique et prévenir les ayant-droits en cas d’utilisation frauduleuse), le modèle même du géant de la vidéo made in Google se révèle inadapté à la juste rémunération des artistes et des labels. De quoi envisager de belles batailles juridiques dans le futur, et pourquoi pas imaginer une transformation en profondeur du modèle…

Facebook épinglé

Aujourd’hui, c’est au tour de Facebook d’apparaître dans la ligne de mire des artistes, mécontents du traitement infligé par le monstre de Mark Zuckerberg. À l’origine de cette prise de conscience, un rapport publié par David Israelite, président de la NMPA (National Music Publishers’ Association) aux États-Unis, via Billboard et datant d’octobre 2016, récemment repris par le Financial Times. Il y est notamment décrit que sur une étude portée sur 33 des chansons les plus populaires du moment, « la NMPA a relevé 887 vidéos les utilisant, pour un total de 619 millions de vues, soit 700 000 vues par vidéo en moyenne. (…) Un problème d’une immense ampleur, les paramètres de confidentialité de Facebook ne permettant pas de jauger plus précisément. »

Une réaction rapide… mais pour quel résultat ?

Un problème que l’entreprise compte bel et bien saisir à bras-le-corps, souhaitant vraisemblablement éviter la mauvaise publicité que s’est payé YouTube (qui a pourtant rappelé, par l’intermédiaire d’un communiqué, le milliard de dollars reversé à l’industrie via la publicité en 2016, et les 2 milliards récoltés depuis la mise en place du Content ID). Facebook serait donc en train de travailler sur un algorithme de détection de la musique, permettant aux ayant-droits d’être avertis en cas d’utilisation non-licenciée de leur œuvre. Un programme qui fait directement écho aux précédentes tentatives d’approches du géant du web, notamment le partenariat avec le Warner Music Group australien en mai 2016. Une source proche du Financial Times révèle également que Facebook serait d’ores et déjà en pourparler avec les grands acteurs de l’industrie, mais que rien ne se ferait avant le printemps 2017.

Et si Facebook et YouTube rencontrent les mêmes problèmes vis-à-vis des copyrights, c’est avant tout (et comme évoqué en début d’article) structurel. La même source rappelle avec justesse que « [Facebook et YouTube] tendent de plus en plus à passer de simples plates-formes web à entreprises médiatiques. Et plus elles y ressembleront, plus elles devront agir en tant que tel et respecter les créateurs et leurs contenus. »

-Via-