David Bowie : 1947-2016

Publié le 11 janvier 2016 à 11:05
Mathieu David Par Mathieu David
Rédacteur

David BowieL’artiste aux multiples facettes est décédé la nuit du 10 au 11 janvier à l’âge de 69 ans.

Une nouvelle étoile a rejoint la constellation des grands artistes qui nous ont quittés. David Robert Jones, plus connu sous le nom de David Bowie, est parti trois jours après avoir fêté ses 69 ans, des suites d’un combat contre un cancer qu’il menait depuis 18 mois, apprend-on sur ses pages officielles. Le jour de son anniversaire sortait Blackstar, 25e album studio du chanteur, un « cadeau d’adieu » à ses fans, a déclaré son producteur Tony Visconti. La veille sortait le clip de Lazarus, visible ci-dessous :

Au-delà de ses talents d’interprète, aussi bien en tant que chanteur qu’en tant que musicien, David Bowie était un visionnaire. Étirant ses influences musicales à l’infini, l’artiste a exploré de nombreuses franges de cet art, allant du rock n’roll classique à l’électronique, en passant par la classe de la soul et les paillettes du glam rock.

La discographie conséquente du Thin White Duke n’est pas la seule limite de l’art de David Bowie. Il a notamment collaboré avec Iggy Pop après la séparation de The Stooges en co-écrivant les albums The Idiot et Lust For Life. On l’a également vu avec Mick Jagger, Queen, ou, plus récemment, avec Arcade Fire.

Aussi comédien et dramaturge, son influence s’étend au-delà de la musique. Il était une icône de l’art moderne du 20e siècle, aussi bien à travers ses projets novateurs que son univers aussi riche que mystérieux. Un artiste regretté, tant son empreinte dans la culture moderne est profonde.

Un mot de Joe, animateur de OÜI FM :

« Dans les jours qui viennent, on va tous chercher des choses intelligentes à dire sur David Bowie. On va tenter de trouve l’angle inédit, l’info oubliée, le morceau bien obscur mais admirable. Ces choses qui nous permettront d’exprimer à notre manière la tristesse infinie qui s’est abattue sur nous ce lundi 11 janvier, lorsqu’on a appris la disparition de David Bowie.
Ce qui est certain c’est qu’avec Bowie, la tâche sera facile. Sa carrière est si dense, si protéiforme, elle recèle tant de coins obscurs et d’éclats lumineux qu’il est impossible de ne pas y trouver quelque chose qui nous ressemble. Tout en étant un artiste exigeant et insaisissable, Bowie parlait à tout le monde. Il pulvérisait les standards et les genres pour délivrer son art au monde.
Lorsqu’il est apparu pour la première fois à la télévision sous la forme de Ziggy Stardust, lors de l’émission Top Of The Pops du 6 juillet 1972 pour y interpréter Starman, la vie de milliers de jeunes gens a changé en Grande-Bretagne. Le reste a suivi et le monde du rock et de la pop n’a plus jamais été le même.

Quarante-quatre ans ont passé depuis et Ziggy Stardust demeure l’un des piliers de la pop culture. C’est l’équivalent musical de Star Wars, le sommet de la pyramide, la légende. Il y a quelques jours, David Bowie célébrait ses 69 ans en publiant Blackstar, l’un de ses albums les plus radicaux. Deux clips ahurissants laissaient supposer qu’il était en bonne santé et que son esprit créatif était plus vivant que jamais. Aujourd’hui pourtant il n’est plus là. Comme une étoile filante il est repassé au dessus du ciel pop pour y déposer une dernière trace de son génie avant de filer vers un espace temps qui nous échappe. Insaisissable jusqu’au dernier moment. Il est désormais temps de s’asseoir, de prendre du recul afin de contempler dans son ensemble l’héritage musical colossal que David Bowie laisse au monde. Ne cherchons pas forcément la chose intelligente à dire. L’angle qu’on pense inédit a déjà été scruté, analysé, rabâché. Essayons simplement de faire rayonner intensément, à la manière dont il l’a toujours conçue, l’oeuvre magique de cet artiste immortel, disparu mais pas mort. »