Okou

Okou est un groupe franco-allemand qui s’est formé en 2006.

Sur son premier album, Serpentine, Okou propose une musique à son image, métissée et instinctive.

Tatiana Heintz et Gilbert Trefzger se rencontrent il y a juste trois ans.
Elle est française, de mère ivoirienne, et a vécu toute sa vie en Afrique de l’Ouest. Elle commence des études de graphisme à Bordeaux, puis c’est en Grande-Bretagne qu’elle se lance dans la musique, au gré des rencontres. Pendant quelques années, elle collabore avec Five Corners, Keziah Jones, et fera même des chœurs sur une chanson pour Mick Jagger. Quand elle s’installe à Paris, elle rencontre Gilbert lors d’un concert.
Gilbert est suisse, de mère égyptienne, et suit des études de musique arabe à Paris. Il joue du oud, de la slide guitar, du banjo, et travaille pour le cinéma et le théâtre, collaborant avec Nitin Sawhney ou Roy Ellis.

 « Immédiatement, quelque chose s’est passé musicalement entre nous deux », se souvient Tatiana. Et d’e-mails en voyages, entre Paris et Bâle, puis Berlin, ces deux-là commencent à travailler ensemble. Ils composent d’abord les chansons chacun de leur côté, avant de les finaliser ensemble.

La maquette séduit Jay Newland, qui a travaillé avec Ayo, Norah Jones comme avec Juliette Gréco, qui produit un EP qui aboutira à une signature avec AZ.

Et c’est en cinq jours, dans les conditions du live, que l’album Serpentine, clin d’œil aux chemins sinueux qui a mené Okou jusque là. Un peu de world, de folk, de pop et de soul, la musique de Serpentine est un numéro d’équilibriste sur le fil d’Otis Redding, de Woody Guthrie, Sade, ou encore Taj Mahal. L’album sort en janvier 2010, porté par le single To the bone.

Discographie