À Nashville, l’égalité des sexes soutenue par Jack White

Publié le 18 juillet 2016 à 13:21
Matthias Haghcheno Par Matthias Haghcheno
Rédacteur

A seven nation army couldn’t hold him back.

Mercredi 13 juillet, Megan Barry, maire de la ville de Nashville aux États-Unis, inaugurait le premier Conseil sur l’Égalité de Sexes de la ville. Une initiative soutenue par une des figures de la région, Jack White (ex-The White Stripes, toujours en poste au sein de The Dead Weather, The Raconteurs ou en solo, entre autres) : invité lors de la cérémonie d’annonce, le musicien n’a pas hésité à s’exprimer sur le sujet, et à rappeler l’importance qu’il accorde à une égalité totale des chances et des salaires en tant que chef d’entreprise pour son label Third Man Records, basé à Nashville. Un discours retranscrit sur son compte Facebook, et traduit ici :

« tous les êtres humains présents sur cette planète et vivant dans cette société qui est la nôtre, méritent d’être traités de façon équitable. Ils méritent d’être traités de la même façon, tant dans le cadre social que professionnel.

en tant qu’artiste, j’ai toujours estimé injuste que pour un album, un batteur soit moins payé qu’un chanteur sous prétexte que ce dernier ait un manager ou un représentant. ils créent tous les deux, quel que soit leur instrument ou leur expérience dans le domaine. ils devraient être payés la même somme. et n’est-ce pas tout aussi ridicule que deux joueurs de violon disposent de salaires différents, sous prétexte que l’un est un homme et l’autre une femme ? je pense que si.

il est embarrassant qu’en 2016 dans nos sociétés, les salaires et les bénéfices soient différents en fonction des genres. L’égalité des sexes est quelque chose qui devrait être réglé depuis un siècle partout dans le monde, et le fait de devoir encore y remédier aujourd’hui est quelque chose de triste. si la personne fait son travail, le profit tiré devrait être le même pour tout le monde.

en tant que patron du label third man records, installé à la fois à nashville et detroit, je suis fier d’affirmer que depuis 2013, chaque employé est payé 15 dollars de l’heure au minimum, et ce quel que soit son genre.

j’encourage toutes les petites entreprises à faire de même, car c’est possible. ça ne vous fera pas mettre la clé sous la porte. personne ne devrait avoir à cumuler 2 jobs pour pouvoir se nourrir et se loger. et si une petite entreprise comme la mienne y parvient, je pense que walmart et ses profits à neuf chiffres peuvent le faire aussi.

depuis 2015, les employés de third man records ont pu profiter des avantages suivants :
l’assurance-maladie pour les employés à plein temps, une fierté tandis que notre société semble plus considérer la santé comme une entreprise capitaliste que comme un droit fondamental.

ce dont nous sommes encore plus fiers à third man, ce sont les 6 mois de congés payés accordés à toutes les mamans qui viennent de mettre au monde.

tous les papas ont quant à eux droit à 3 mois.

rien n’est plus important que la naissance de la vie, et les nouveaux parents ne devraient se soucier de rien d’autre que de la santé et du bien-être de leur enfant. si ma petite entreprise peut donner vie à ses idées, j’imagine que mcdonalds et general motors peuvent le faire aussi.

j’aimerais également insister sur le fait que les choix gravitant autour des genres et de la sexualité sont des choix intimes et personnels, et ne regardent en aucun cas les employeurs ni même le gourvernement. une personne née avec une façon de penser différente de la nôtre, ou avec des particularités physiques qui lui sont propres, ne devrait en aucun cas subir de dégradation, de quelle que manière que ce soit. même si cette personne choisit de devenir transgenre ou neutre, ce choix ne devrait en aucun cas affecter son salaire ni même la façon dont les autres la traitent. »

-Via-