Youtube bloque les labels indépendants

Publié le 20 juin 2014 à 17:12
Cécile Descamps Par Cécile Descamps
Rédactrice

YoutubeRadiohead, Moby, Arctic Monkeys, Vampire Weekend… Dans quelques jours, ces artistes pourraient être introuvables sur Youtube !

Robert Kyncl, directeur des opérations commerciales de Youtube, prévient dans le Financial Times : le blocage interviendra « dans les jours qui viennent« . La raison ? Le refus des labels indépendants de se plier aux conditions tarifaires imposées par le géant du streaming vidéo.

Vous n’avez pas tout suivi ? On vous explique :

Aujourd’hui, les plateformes vidéo sont devenues des outils majeurs d’accès à la musique. D’après Hadopi, Youtube représentait même 54 % des écoutes légales de musique sur Internet en 2013 !

Sur Youtube comme ailleurs, les titres musicaux sont soumis au droit d’auteur. Pour chaque vidéo musicale jouée par un internaute, Youtube et les maisons de disque, suite à un accord (qui avait déjà été bien difficile à obtenir !), se partagent les revenus publicitaires générés par le spot diffusé en début de vidéo. C’est ainsi que l’artiste est rémunéré. Même lorsqu’il ne s’agit pas d’une vidéo « officielle », ou qu’un morceau soumis au droit d’auteur est utilisé dans une vidéo, Youtube a mis en place un système d’identification qui permet de le détecter automatiquement et d’appliquer ce moyen de rémunération.

Ces revenus issus du streaming vidéo légal restent faibles pour les artistes. On ne dispose pas de montants exacts, car ils dépendent des contrats conclus avec Youtube, mais on peut estimer qu’ils varient entre 500 et 2.000 € par maillion de vues et par mois, soit quelque fractions de centimes par vidéo visionnée. Ce n’est pas encore grand chose, mais ça ne va pas durer : le Syndicat national de l’édition phonographique (SNEP) a récemment rapporté que les revenus tirés du streaming vidéo affichaient au premier trimestre 2014 une forte progression : +56,8 % sur deux ans !

Pourquoi Youtube remet en cause aujourd’hui un système qui semble désormais bien fonctionner et mettre tous les acteurs d’accord ? Le poids lourd se prépare à sortir un service de musique payant et propose, dans cette optique, de nouveaux contrats jugés inacceptables par les labels indés. Les porte paroles du site expliquent donc que Youtube ne pourra pas proposer d’artistes gratuitement, comme il le fait aujourd’hui, sans que ceux-ci soient également référencés dans son catalogue payant… logique, de leur point de vue !

Youtube n’en est pas à son coup d’essai ! En position de force, la plateforme avait déjà fait pression sur la SACEM lors de difficiles négociations, en arrêtant tout simplement la diffusion de publicités en ouverture des vidéos, empêchant ainsi la rémunération des artistes liés !

Affaire à suivre…