Une vente d’art au profit des blessés du 13 novembre

Publié le 15 février 2016 à 19:00
Angèle Chatelier Par Angèle Chatelier
Journaliste

Philippe de Boucaud est curateur, commissaire d’art et organisateur de l’opération #jesuisparisArtauction. OÜI FM l’a rencontré pour qu’il nous parle de son évènement. 

ouifm-fluctuat

OÜI FM : Philippe de Boucaud, vous organisez le 20 février dans la mairie du 11ème arrondissement de Paris une vente aux enchères d’œuvres d’art. Pourquoi avoir organisé cet événement ? 

Philippe de Boucaud : Avec Pierre Cornette de Saint Cyr (commissaire-priseur, ndlr), nous voulions avant tout faire du bien. Nous avons tous été traumatisés par les attentats du 13 novembre. On s’est dit : « Qu’est-ce qu’on peut faire ? » Notre ambition est de donner la possibilité d’avancer en achetant une œuvre d’art.

Cette vente est aussi un acte militant. Nous travaillons dans l’art, et c’est notre manière à nous de répondre au terrorisme.

ouifm-paris

©Théo Haggai

OÜI FM : Vous avez choisi de verser les bénéfices des ventes à l’Institution nationale des Invalides (INI), spécialisée dans la prise en charge des blessés de guerre. Pourquoi ? 

Philippe de Boucaud : Il faut savoir que 15 blessés du 13 novembre sont toujours à l’hôpital des Invalides. Nous voulions que les fonds soient reversés le plus rapidement possible. Le statut juridique de l’institution le permet. Ce sera fait en six semaines.

Nous espérons recueillir au moins 60 000 euros.

Certains des blessés doivent réapprendre à vivre : certains ne peuvent plus manger, ne marchent plus ou ne sont plus aptes à conduire. Avec cet argent, l’INI achètera un ou deux véhicules d’apprentissage à la conduite adaptée aux personnes handicapées.

OÜI FM : D’où viennent les œuvres qui seront mises en vente ?

Philippe de Boucaud : De partout. D’amateurs, de collectionneurs privés, de musées… Certaines œuvres arrivent aussi de l’étranger.

Des artistes nous donnent aussi leurs œuvres. Par exemple, Théo Haggai, un jeune Lyonnais, a dessiné l’affiche de l’événement. L’artiste Mebrouka Hadjadj a quant à elle réalisé d’immenses fresques en tissus, déposées sur les lieux des attaques.

©

©Mebrouka Hadjadj

Tous ces artistes expriment l’émotion des Parisiens d’une manière incroyable. Nous espérons avoir 140 œuvres.

Pour en savoir plus: artistreal@gmail.com

Angèle Chatelier