Thom Yorke quitte Spotify

Publié le 17 juillet 2013 à 11:47
Cécile Descamps Par Cécile Descamps
Rédactrice

Thom YorkeLe leader de Radiohead et d’Atoms For Peace a fait retirer ses albums de la plateforme de streaming musical, en soutien avec les jeunes artistes.

Thom Yorke et son camarade d’Atoms For Peace, Nigel Godrich, s’en prennent à l’incontournable Spotify. L’artiste en a fait retirer son album solo, ainsi que les albums de son groupe Atoms For Peace.

La raison de cette décision ? Thom Yorke manifeste son soutien auprès des jeunes artistes, pas assez rémunérés par le streaming, d’après lui.

Il s’en explique en ces termes sur Twitter. “Ne vous méprenez pas : les nouveaux artistes que vous découvrez sur Spotify ne seront pas payés. Pendant ce temps-là, les actionnaires se rouleront bientôt dans les billets » Raccord, Godrich a lui tweeté : « Nous ne sommes plus sur Spotify. On ne peut plus continuer comme ça, mec. Il faut que quelqu’un dise quelque chose. C’est mauvais pour la musique. La raison pour laquelle on a fait ça, c’est parce que les nouveaux artistes ne touchent pas un rond avec ce modèle. Cette équation ne fonctionne pas »

Il poursuit : « Certains albums peuvent être faits sur un ordinateur, mais d’autres ont besoin de musiciens et de techniciens qualifiés. Ces choses-là coûtent cher. Le catalogue des Pink Floyd a déjà généré des milliards de dollars pour certains (pas forcément le groupe) donc le mettre sur un site de streaming aujourd’hui est tout à fait normal. Mais si les gens avaient écouté de la musique via Spotify en 1973 plutôt que d’acheter des disques, je ne pense vraiment pas que Dark Side Of The Moon aurait été fait. Il aurait été trop cher »

Ces déclarations ont pu faire sourire, certains les qualifiant de goutte d’eau dans l’océan ou de petite rébellion qui n’affecterait que les fans… De plus, ce n’est pas un gros risque pour ces deux-là, qui peuvent bien sûr, compte tenu de leur notoriété et de leurs fortunes, se permettre de ne pas figurer sur ces plateformes devenues omniprésentes et omnipotentes.

Stephen Street, producteur historique de The Smiths ou Blur, s’est montré carrément virulent : “C’est un peu gonflé venant de Thom Yorke d’entendre que Spotify ne fonctionne pas pour les nouveaux artistes. C’est exactement ce que j’ai dit quand Radiohead a mis son album en vente au prix que les gens voulait/gratuitement. Ça ne marche que pour des superstars ayant dix ans d’investissement d’EMI derrière eux. Cela n’a pas aidé les nouveaux artistes en développement du tout. Ça a fait passer le mauvais message, que la musique n’avait pas de valeur. C’était tendre le bâton pour te faire battre Thom !

De son côté, Spotify s’est contenté de répondre que le modèle n’en était qu’aux premières étapes du développement d’un projet à bien plus long terme, celui-ci ayant déjà un effet vertueux sur les jeunes artistes.