Simone Veil est décédée

Publié le 30 juin 2017 à 13:52
Mathieu David Par Mathieu David
Rédacteur
Simone Veil

Par Marie-Lan Nguyen.
Utilisé sous licence Creative Commons.

L’icône de la lutte pour les droits des femmes est décédée à 89 ans.

Ce vendredi 30 juin, ce n’est pas seulement une personnalité politique célèbre qui est partie, mais un symbole de la lutte pour les droits de la femme. Simone Veil, Ministre de la Santé en 1974, a fait adopter la désormais célèbre « loi Veil », qui dépénalise les femmes qui ont recours à une interruption volontaire de grossesse. Cette loi a été complétée en 1982 avec le remboursement de l’IVG par la Sécurité Sociale et en 2001 avec l’allongement de la période légale pour pratiquer une IVG ainsi que des dispositions facilitant le recours à l’interruption médicale de grossesse.

Née Simone Annie Jacob en 1927 à Nice, Simone Veil a également subi les horreurs de la Seconde Guerre Mondiale et a fait partie des rares survivants de la déportation. Elle et ses soeurs Madeleine et Denise sont les seuls membres de leur famille à en être rentrés. Après la libération des camps en 1945, elle rentre en France et intègre la faculté de Droits et à l’Institut d’Études Politiques à Paris. Après avoir passé le concours de la magistrature, elle devient haut fonctionnaire dans l’administration pénitentiaire au ministère de la Justice en 1956. Après avoir occupé plusieurs postes dans la haute fonction administrative, Simone Veil devient ministre de la Santé en 1974.

Après occupé cette fonction pendant 5 ans, elle devient en 1979 la première femme à obtenir la présidence du Parlement Européen et reste en poste jusqu’en 1982. Son mandat de députée européenne se poursuit jusqu’en 1993. Elle est nommée Ministre d’État, ministre des Affaires sociales, de la Santé et de la Ville en 1993 sous le gouvernement Edouard Balladur et quittera ce poste en 1995. Trois ans plus tard, elle devient membre du Conseil Constitutionnel, qu’elle quittera en 2007.