Qui a tué Jim Morrison ?

Publié le 7 août 2014 à 16:00
Cécile Descamps Par Cécile Descamps
Rédactrice

Jim MorrisonJim Morrison disparaissait le 3 juillet 1971. Plusieurs versions cohabitent toujours pour expliquer ce tragique décès : arrêt cardiaque inexpliqué, suicide, overdose ? Marianne Faithfull a son idée sur la question…

Le leader des Doors est-il mort d’un arrêt cardiaque dans la baignoire de son appartement parisien ? S’est-il suicidé à l’aide d’une dose d’héroïne fatale dans les toilettes du Rock’n’roll Circus ? La chanteuse et actrice britannique Marianne Faithfull livre son témoignage. Elle affirme que c’est son petit ami de l’époque, Jean de Breteuil, qui a vendu la dose d’héroïne qui emporta Jim Morrison. Elle la raconte dans une interview à Mojo :

Ce soir là, elle est à Paris avec de Breteuil, et décide de rester à l’hôtel : « J’ai senti intuitivement les problèmes venir, explique-t-elle, du coup, j’ai pensé que j’allais prendre quelques Tuinal (barbituriques) pour ne plus avoir à bouger. Il est allé voir Jim Morrison et l’a tué. Je veux dire, je suis sûr que c’était un accident. Pauvre gars. L’héro était trop forte ? Oui. Et il est mort. Et je n’en savais même rien. Mais aujourd’hui, toutes les personnes connectées à la mort de ce pauvre type sont décédées. Sauf moi.

Depuis 1971, la légende du rock retient essentiellement la version romantique dans laquelle le poète maudit s’est éteint prématurément (il avait 27 ans) dans sa baignoire, d’un arrêt cardiaque. Pourtant, depuis plus de 40 ans, les rumeurs autour des circonstances de la mort du chanteur vont bon train, contrant l’histoire « officielle ». Pourquoi ? À l’époque, aucun examen, aucune autopsie n’avait été pratiqués sur le corps de Morrison, et aucun de ses proches n’aurait même vu le corps qui a été inhumé le 7 juillet au cimetière parisien du Père Lachaise.

Le témoignage de Marianne Faithfull semble plutôt confirmer la version selon laquelle le Lizard King serait allé chercher de l’héroïne au Rock n’Roll Circus pour sa compagne Pamela Courson, et se serait injecté une dose fatale dans les toilettes du bar, provoquant une overdose (qu’il aurait préméditée ?). Dans le coma, il aurait ensuite été transporté chez lui et plongé dans un bain froid, censé le ranimer.

Les circonstances inéludées de la mort de Jim Morrison ont inévitablement nourri le mythe, et le culte dont il est l’objet ne faiblit pas depuis plus de 40 ans :