Parlor Snakes en concert gratuit à Paris

Publié le 19 février 2016 à 19:07
Mathieu David Par Mathieu David
Rédacteur

parlor snakesCela à lieu le 16 mars à Paris.

Parlor Snakes

3-1-2-2. Non, ce n’est pas le code de la carte bancaire du manager de Parlor Snakes mais juste les chiffres magiques du groupe, sa combinaison bien à lui. On aurait pu ajouter le 10, comme le nombre de ses années d’existence, ou 100, celui – ou pas loin – des concerts qu’il affiche à son compteur, mais ça faisait tout de suite un peu moins joli. 3-1-2-2 donc. Trois garçons et une fille. Deux singles vinyles, Shotgun en 2010 et Tomorrow Never Comes en 2012. Deux albums, Let’s Get Gone la même année et Parlor Snakes l’an dernier.

Et si leur quotidien les amène à tutoyer le cinéma, le théâtre ou la photographie, à côtoyer la menuiserie ou la restauration, ils sont surtout et avant tout Parlor Snakes. Un pour tous et tous pour un, même si, au rayon moustache de mousquetaire, ils ne partent pas tous à égalité.

Norma

Icône à béret ou cowgirl à Stetson, Norma est insaisissable. N’essayez pas de la définir : quand vous pensez l’avoir cernée, elle se transforme à nouveau, héroïne caméléon.
Norma est la fille de PJ Harvey et Tom Waits, la sœur de Fiona Apple et la femme de Jack White. Norma hurle des ballades grunge, susurre des raps féministes, prêche des incantations gospel.
Norma, c’est tout ça, mais c’est aussi ce petit mystère qui vous interpelle, cette mélodie qui ne vous quitte plus.

Theo Lawrence

Réincarnation ? Théo Lawrence porte lʼâme dʼune musique américaine aux aïeux innombrables. Le fils prodige a vite tué les pères et fait hurler les loups en se lançant en solo. A 20 ans, son blues soul-rock est effrayant de maturité.

Après 2 années à la tête des Velvet Veins, Théo Lawrence prépare une série de single, en électrique, pour 2016.

Entrée gratuite sur réservation à ce lien