Nintendo annonce ses « Nindie », une série de jeux indépendants sur Switch

Publié le 30 août 2017 à 12:30
Matthias Haghcheno Par Matthias Haghcheno
Rédacteur

Les gamers vont avoir de quoi faire.

En mars dernier, vous avez craqué pour la Switch, la nouvelle console hybride du géant du jeu vidéo Nintendo ? Vous avez passé plus d’heures devant The Legend of Zelda: Breath of the Wild que pour vos devoirs, votre recherche de travail et votre potager (combinés) ? Coupons court au suspense de suite : Nintendo ne va pas arranger les choses.

La firme de Kyoto vient en effet de présenter sa première collection de « Nindie », habile contraction linguistique entre Nintendo et « indie », qui caractérise (comme en musique) les jeux développés par des créateurs ou des studios indépendants, loin des géants Ubisoft, EA Games ou Activision. Pas moins de 26 productions aux ambitions bien plus importantes que ce qu’on pourrait croire à première vue, et dont la sortie s’étalera entre cet automne et l’orée 2018, exclusivement en téléchargement sur l’eShop (l’équivalent de l’App Store pour les consoles Nintendo).

Nintendo présente ses "Nindie". Parmi eux, le jeu State of Mind

Capture d’écran de « State of Mind »

Un modèle en plein essor

Mais Nintendo, qui rattrape enfin la concurrence Sony et Microsoft sur le terrain parfois glissant des ventes de consoles de jeu avec le succès fulgurant de la Switch, est loin d’être le premier à adopter une politique docile envers le secteur foisonnant du jeu vidéo indépendant : faisant ses premières armes sur PC, une architecture permettant le déploiement des œuvres sans forcément passer par un processus de validation aussi complexe que pour les consoles de l’époque, le jeu « indé » a par la suite suscité un vif intérêt auprès des gros représentants du marché, lorsque les machines ont fini par se connecter à Internet de façon récurrente, ouvrant la porte au jeu « dématérialisé » (soit acheté en téléchargement, sans passer par l’acquisition d’une version physique en magasin, par exemple). Depuis, des plates-formes comme Steam, le Xbox Live de Microsoft ou encore le PlayStation Network de Sony accueillent régulièrement des productions plus modestes, libérées des contraintes du format physique (tant dans sa production que dans son déploiement).

Nintendo présente ses "Nindie". Parmi eux, le jeu Hollow Knight

Capture d’écran de « Hollow Knight »

Nintendo a encore un joli retard à rattraper, mais nul doute que cette première fournée de « Nindie » saura trouver son public : entre nouveautés étonnantes (l’intriguant State of Mind, le jeu de combat Brawlout profitant habilement de l’absence d’un opus de la saga Super Smash Bros.) et valeurs sûres (Hollow Knight, succès critique et populaire déjà paru sur consoles et PC), le choix paraît d’ores et déjà vaste. Le géant grossit son catalogue de jeux sans dépenser dans du développement, les studios bénéficient d’une plate-forme très exposée au public pour faire connaître leurs jeux : bref tout le monde est content. Et les joueurs aussi.