Michelle Blades en concert à La Maroquinerie

Publié le 12 avril 2019 à 16:38

Le 16 avril 2019 à 20:00

La Maroquinerie
23 rue Boyer
75020 Paris

OUI FM vous offre vos places pour son concert parisien le 16 avril !

Autodidacte, prolifique et touche-à-tout, Michelle Blades révèle une discographie aux sonorités multiples à l’image d’une vie nomade passée entre le Panama, où elle est née; le Mexique, terre de sa famille maternelle, la Floride où elle a trouvé refuge fuyant la dictature de Manuel Noriega, l’Arizona où la jeune femme s’imprègne d’une culture underground et alternative, la France depuis presque dix ans.

Michelle Blades glane des sonorités au gré des paysages, de ses expériences et des univers qu’elle côtoie. Sa curiosité la mène au journalisme, au skate, à la réalisation et bien sûr à la musique, tant son héritage culturel est fort. Elle a grandi au sein d’une famille pionniers de la salsa en Amérique Centrale; son oncle, Rubén, est un monument du genre, son père est producteur et compositeur, sa grand-mère une chanteuse et pianiste cubaine…

Mais si la musique est quasiment omniprésente dans ses gènes, c’est à ses 16 ans que Michelle s’autorise à parler ce langage. Elle apprend à jouer de la guitare, de la basse, travaille sa voix et ses variations pour lui faire incarner des personnages et assumer des personnalités fortes. L’univers de Michelle Blades se forge et s’exprime en premier lieu à travers une perception unique et une grande maîtrise de ce qu’elle touche du bout des doigts. Exigeante et créative, elle manipule sa musique, expérimente et s’accorde une liberté de création la plus totale. Elle fait évoluer son art au gré de ses idées et de ses passions, mêlant intensité, précision et douceur.

Inévitablement, le voyage, l’errance, son passé, ses idéaux, la question identitaire, les rapports interpersonnels sont au cœur de l’œuvre de Blades. La jeune femme confesse aussi une prédispositions aux années 1970, une décennie forte qu’elle perçoit comme une période parallèle à celle que nous vivons aujourd’hui : la libération sexuelle, le féminisme, une société en mutation, des idées révolutionnaires… autant de réflexions qui ont offert une grande liberté et un esthétisme aux musiciens. On pense à Frank Zappa dans sa posture d’affranchi, à David Byrne pour le goût de la déconstruction et sa Fender Mustang. Cette liberté qui lui est si chère, elle la côtoie d’abord à Phoenix en découvrant une vie souterraine avec des scènes anarchiques, queer et s’imprégnant d’un esprit DIY. En 2010, elle débarque en France pour la première fois avec un premier EP folk qu’elle présente à travers tout le pays, s’offrant par la même occasion une première expérience de scène.

Michelle Blades revient dans l’Hexagone en 2012 et sa rencontre avec Midnight Special Records annonce une discographie conséquente. Compositrice, interprète ou réalisatrice (Retiens mon désir ou Château perdu pour Cléa Vincent), en solo ou en groupe, elle commence à faire circuler son nom et sa signature. Entre 2015 et 2016, elle sort l’album Ataraxia et les deux EPs Nah See Ya et Polylust. À cette même période, elle accompagne Fishbach à la basse à travers le monde et trouve le temps d’enregistrer un mini disque intimiste, Premature Love Songs.

Le nouvel album de Michelle Blades, Visitor, est disponible depuis le 29 mars chez Midnight Specal Records, annoncé par les titres Kiss me on the mouth et Time and Water (dont le clip est fraîchement sorti).

Pour tenter de gagner vos places pour le concert de Michelle Blades le 16 avril à La Maroquinerie (Paris), répondez à la question suivante : 

Désolé le concours est terminé