[Live report] Festival d’été de Québec – La claque !

Publié le 21 juillet 2017 à 15:41
Mathieu David Par Mathieu David
Rédacteur

Thomas et Elodie ont été les envoyés spéciaux de OÜI FM sur le festival d’été de Québec organisé dans la ville de Québec la semaine dernière. Récit.

Comme tous les ans, depuis 50 ans, le Festival d’Eté investit toute la ville de Québec. Du méga-show plein air (cette année on y trouvait Metallica, Muse, Gorillaz, Pink, The Who, etc.) mais aussi des concert en club à l’Imperial Bell en passant par des lives gratuits aux portes de la vieille ville, le tout ponctué par autant d’animation et de spectacles d’arts de la rue sur les artères principales. Elodie et moi nous avons suivi les derniers jours de l’évènement entamé début juillet. De retour en France voici notre récap’ façon ‘On a aimé’ VS ‘On n’a pas aimé’ !

On a aimé

On a aimé, on a même adoré le festival dans son ensemble. Ce qui se passe à Québec au mois de juillet est incomparable avec notre idée du festival en France. Rien à voir avec le côté campagne-gadoue-camping-biture de chez nous. Ici ça se passe en ville et on reste civilisé. L’ambiance y est détendue et bon enfant. Il faut dire qu’au Québec, le froid et la neige vous cognent dessus pendant plus de 6 mois, alors forcement, quand arrive la belle saison les habitants en profitent… à fond. Ils ont surtout le bon goût de célébrer ça en musique. La douceur dans l’air déclenche la ferveur dans le cœur. On aura rarement vu un public aussi enthousiaste et massif. Le soir où Metallica a donné son concert ils y avaient près de 80 000 personnes devant (et derrière) la scène. À titre de comparaison, un festival ‘correct’ en France se vantera de faire entre 90 000 et 100 000 personnes… en trois, voire quatre jours. Ici, le chiffre est atteint en une seule soirée en toute simplicité !

À Québec, on accorde qualité ET quantité.

Foule Metallica

©Sébastien Dion

On a aimé constater que jouer du rock ne donne pas la jeunesse éternelle. Oui, nos héros peuvent vieillir et s’essouffler. C’est l’impression donnée par Pete Townshend et Roger Daltrey sur scène le 13 juillet. The Who sont encore debout mais ils ont bien ralenti la cadence. Même si Roger Daltrey reste sincère quand il chante My Generation, on sent bien que les années ont passé. Les moulinets de Townshend sur sa guitare donnent encore le change mais on entendrait presque le grincement dans les articulations. « Who Are You? » Réponse : les Who, mais plus lents.

The Who - Festival d'été de Québec

©Renaud Philippe

On a aimé se retrouver sur une nacelle à 40m du sol le soir du 14 juillet pour mesurer l’ampleur et la démesure du concert de Metallica. Si les Four Horsemen vivent en Californie, ils se sentent comme à la maison à Québec. Une foule de 80 000 personnes était présente pour les acclamer du début à la fin du show. Et quel show ! Pied au plancher sur une setlist comprenant (entre autre) Hardwired, Fuel, Master of Puppets et Enter Sandman au final. Un bien-être contagieux coulait entre la foule et le groupe. Metallica avait déjà enregistré un album live à Québec : Quebec Magnetic en 2009. Huit ans plus tard, le côté aimant, dans tous les sens du terme, est toujours là, magnétique et magique.

Metallica - Festival d'été de Québec

©Renaud Philippe

On a aimé le concert de Gorillaz le lendemain, 15 juillet. Bien sûr, Gorillaz sur album, c’est assez conceptuel, assez virtuel, assez irréel avec ses assemblages d’invités. Un projet à géométrie variable en studio, mais sur scène à Québec, c’était carrément solide. Damon Albarn se pose en chef d’orchestre d’un groupe de musiciens affolants : des choristes soul, un bassiste funky, un guitariste sosie de Joe Strummer (époque The Clash 1983) et des guests hip-hop fantastiques. Tout ce beau monde était réuni pour livrer un show total sans aucun temps mort. Un concert tellement réussi que Gorillaz se permettra d’attendre le dernier quart d’heure pour aligner quelques tubes (DARE, Stylo, Clint Eastwood) en prenant soin de NE PAS jouer LE classique Feel Good Inc. Preuve d’avoir à faire à un groupe qui n’a pas besoin d’artifice pour s’affirmer. Un groupe en pleine confiance et un Damon Albarn tout sourire.

Gorillaz - Festival d'été de Québec

©Renaud Philippe

On n’a pas aimé

On n’a pas aimé trouver quelque chose à écrire dans la partie ‘On n’a pas aimé’
On n’a pas aimé quitter ce festival, son ambiance, son décor, ses concerts et toute l’équipe du FEQ qui nous accueillit !
Et parce qu’on aime pas conclure sans une (autre) belle histoire, on vous laisse avec cette petite news