Les soirées et clubs techno deviennent des entreprises culturelles

Publié le 14 décembre 2015 à 16:33
Angèle Chatelier Par Angèle Chatelier
Journaliste

ouifm-musiquetechno

Les soirées et clubs de musique techno s’acquitteront bientôt d’une TVA à 5,5% sur leur billetterie, contre 20% actuellement. Le 4 décembre, l’Assemblée Nationale a voté en faveur de l’amendement voulu par le député PS Razzy Hammadi lors du vote sur la loi de finances rectificatives pour 2015.

L’Assemblée Nationale a tranché : les clubs et les soirées techno font désormais partie de l’offre culturelle. Celle-ci s’appliquait jusque-là aux théâtres, théâtres de chansonniers, cirques, concerts et… spectacles de variétés « où l’on ne consomme pas pendant la séance ». Exception jugée injuste et contestée par les établissements nocturnes où il est coutume d’avoir un bar installé dans la salle où l’on diffuse de la musique. « En votant cet amendement, les députés ont reconnu que nous ne sommes pas de simples bistrotiers mais bien des acteurs culturels à part entière » pour Aurélien Dubois, patron de l’agence Surpr!ze.

S’acquitter d’un taux de TVA de 5,5% au lieu de 20% signifie devenir une réelle entreprise culturelle. Les DJ pourront alors devenir – réellement – intermittents du spectacle. Depuis que ce statut leur a été accepté en 2013, très peu l’utilisent, préférant celui d’auto-entrepreneur, plus rentable.

Cet amendement sera éligible le 1er janvier 2016, après avoir été accepté par le Sénat. Cependant, les discothèques devront remplir deux conditions : être titulaire d’une licence d’entrepreneur du spectacle, et être affilié au Centre national de la chanson, des variétés, et du jazz (CNV).

-Via-