Les poupées punk et dark d’une artiste écossaise sont ravissantes

Publié le 16 novembre 2016 à 14:40
Angèle Chatelier Par Angèle Chatelier
Journaliste

De quoi ravir vos grands-parents.

ouifm-poupee-imagealaune

Elles ont parfois des têtes horrifiantes, tantôt lisses ou fades, jolies, aussi parfois : les poupées en porcelaine. Grâce à l’écossaise Jessica Harrison, elles ont désormais une allure plus moderne. L’artiste produit des poupées en porcelaine punk, tatouées et underground. Même avec une tête de squelette, elles restent élégantes et ravissantes :

 

Une poupée de porcelaine qui s’arrache le coeur, une autre qui est tatouée de la tête au pied. L’une a une tête de squelette. Les poupées sont d’ordinaires plutôt froide et impersonnelles. Touche british, couleurs rock, vêtements originaux, Jessica Harrison casse les codes, ceux qui existaient déjà au Vème siècle avant JC. Quoi que. Peut-être que les poupées faites d’os, de cire et de terre cuite de l’époque pouvaient avoir une allure bien rock n’ roll. C’est surtout au XVIIème siècle que les poupées ont commencé à être raffinées, avec des yeux de verre, la bouche en coeur et la peau lisse. Au XIXème siècle elle est de plus en plus réaliste : son cou pivote. Avec ses poupées punk, Jessica Harrison donne donc un sacré coup de fraîcheur à cette objet un peu ringard.

Jessica Harrison travaille, elle, avec du céramique, de la peinture ou du collage digital pour produire ses poupées. Reste plus qu’à convaincre votre grand-mère de changer sa déco. En attendant, rappelez-vous de ce très beau clip de Dionysos fait de poupées pour le titre Jack et la mécanique du coeur :

-Via-