Les Jeux Olympiques de 2024 seront-ils rock n’ roll ?

Publié le 1 août 2017 à 12:20
Angèle Chatelier Par Angèle Chatelier
Journaliste

C’est désormais officiel : la ville de Paris est la seule candidate pour organiser et recevoir les Jeux Olympiques de 2024. L’occasion de revenir sur les hymnes officiels les plus rock n’ roll des JO précédents.

Il va falloir faire de la place dans la capitale. Lundi 31 juillet 2017, la ville de Los Angeles a officiellement cédé sa place à Paris pour l’organisation et l’accueil des Jeux Olympiques de 2024. La ville américaine était la dernière rivale du chef-lieu de l’Hexagone. En plus de créer ou continuer la construction des équipements nécessaires, il va aussi falloir trouver un hymne officiel. Le rock aura-t-il une nouvelle fois sa place ? Quatre ans après les JO de 1988 à Séoul – où la grande Whitney Houston entonnait One Moment In Time – Freddie Mercury, leader de Queen avait, lui, offert ce qui a longtemps été considérée comme la meilleure chanson d’ouverture des JO de tous le temps.

Freddie Mercury, fan d’opéra – en témoigne notamment l’album A Night at the Opera sorti en 1975 qui contient le géant Bohemian Rhapsody – tombe amoureux de la voix de la chanteuse lyrique Montserrat Caballé. Avec elle, il enregistre le titre Barcelona en 1987 et un opus éponyme la même année. Mais l’histoire de cette chanson est bien tragique. Barcelona devait être interprété en live par les deux artistes lors de l’ouverture des JO de 1992 dans la ville espagnole. Freddie Mercury, déjà bien malade, mourut quelques mois plus tôt du sida.

  • Sport N’ Rock

Le rock a toujours été bien représenté aux Jeux Olympiques. D’accord, la variété et la pop, aussi (on pense par exemple à Céline Dion et son titre The Power of The Dream pour les JO d’Atlanta en 1996). Mais la prestation la plus spectaculaire pourrait revenir à l’artiste déjantée, Bjork. En 2004, son titre Oceania est l’hymne des Jeux Olympiques d’Athènes. Sur scène, elle est habillée d’une immense robe  – créée par la créatrice grecque Sophia Kokosalaki – qui recouvre une grande partie du public. Bien que la chanteuse interprète son titre en playback faute de soucis techniques, la prestation est époustouflante.

En 2012, le groupe britannique Muse est appelé par le comité Olympique pour créer et interpréter l’hymne officiel des JO de Londres. Un changement notoire se profile cependant : le groupe fait le show avec Survival uniquement pour la cérémonie de clôture. En France, le titre se classe à la 18ème position des charts.

Après l’hymne officiel des JO de Rio en 2012, Alma e Curaçao interprété par les Brésiliens Thiaquinho et Projeta, que doit-on attendre de la chanson officielle des Jeux Olympiques de 2024 ? Nous, on ose parier sur les Queens of the Stone Age. Et bien oui, pourquoi pas.