Les Beatles par les yeux de leur secrétaire

Publié le 13 octobre 2016 à 12:05
Matthias Haghcheno Par Matthias Haghcheno
Rédacteur
Octobre 1963, sur Green Street, à Londres - Photos inédites de The Beatles (Leslie Bryce)

Octobre 1963, sur Green Street, à Londres

Un documentaire passionnant à redécouvrir en ce moment sur Arte.

Si The Beatles ont construit leur mythe sur leur musique intemporelle, difficile d’envisager qu’ils aient bâti leur empire seuls : Brian Epstein, George Martin, ou même Phil Spector en fin de carrière, les Fab Four ont bénéficié d’une aide précieuse de personnalités aussi compétentes que conscientes des enjeux (collaborer avec le plus grand groupe du monde, rien que ça).

Parmi cette liste, on retrouve le nom de Freda Kelly : fan de la première heure du quatuor, elle sera la première – et la seule – à gérer le fan club du groupe, recevant de nombreuses lettres d’amour adressées aux quatre garçons dans le vent, mais aussi adressant divers cadeaux (disques dédicacés, mèches de cheveux…) aux fans les plus assidus.

Pendant près de onze ans, Freda a accompli son « job de rêve » à la seule force de son amour pour le groupe. Travaillant la journée avec le suscité Brian Epstein, manager, elle passe ses nuits à éplucher les courriers qu’elle reçoit au domicile parental. Elle n’a que 17 ans, et s’attire les foudres de son père, dont les factures sont noyées sous le flot perpétuel de missives à destination des Beatles. « Bête comme j’étais, j’avais donné mon adresse privée pour le courrier. Les lettres n’arrivaient plus par deux cents mais par sacs entiers. Il fallait un fourgon postal. » Elle précise également que le service postal britannique était très efficace, les lettres « à l’attention de Paul McCartney » comme seules indications parvenant également jusqu’au fan club.

Honnête et loyale à John, Paul, Ringo et George, elle préserve leur vie privée, même lorsqu’un journaliste lui propose une enveloppe contre des informations croustillantes. Lorsque le phénomène prend une autre ampleur, elle décide de fonder le Beatles Monthly, un mensuel alimenté par ses soins visant à rassasier l’appétit grandissant des fans du monde entier. C’est dans ce même mensuel qu’elle publie la lettre d’adieu lors de la séparation du groupe, en 1970. Elle mettra trois ans à répondre à tous les fans désespérés par la disparition du quatuor, dont elle aura elle-même du mal à se remettre.

Diffusé pour la première fois en 2014, le documentaire Dans l’antichambre des Beatles retrace le parcours étonnant de la désormais sexagénaire, et est encore visible pour quelques jours sur la plate-forme web d’Arte :

-Via-