Le Bateau de l’Enfer : quatre jours en mer entre fans de metal

Publié le 15 juin 2016 à 18:21
Aurélie Duhamel Par Aurélie Duhamel
Contributrice

Documentaire : le bateau de l'Enfer

3 000 metalleux sont sur un bateau…

Imaginez-vous un instant faire cap pour la Jamaïque à bord d’une énorme bicoque peuplée de 3 000 fans de hard rock et heavy metal pendant quatre jours. Baptisée 70 000 tons of metal, cette immense croisière a quitté le Port Everglades (Floride) en janvier dernier avec à son bord 3 000 metalleux déchaînés et une soixantaine de groupes.

Ce long pèlerinage à travers les mers chaudes des Caraïbes fait aujourd’hui l’objet d’une websérie documentaire de neuf épisodes réalisée par Joachim Barbier et Julian Nodolwsky, co-produite par So Films et Arte France.

Oubliez tout vos a priori sur les croisières : celle-ci n’a rien à voir avec The Love Boat d’Aaron Spelling. Oubliez aussi les heures passées les pieds en éventail sur les transats, éventé par le magazine de votre voisin(e) et les dîners aux chandelles à la tombée de la nuit, bercés par un doux piano-voix.

Sur l’ainsi nommé bateau de l’Enfer, on prête allégeance au dieu Lemmy (ex-leader de Motörhead), on ne dort pas (ou très peu) et on boit (beaucoup). On joue aux black jack quelque fois, on se déguise aussi, ou on se marie même.

« En général ils sont tous sympas. Tout à l’heure, j’ai vu Cradle of Filth, ils étaient adorables. Et ils ont plutôt mauvaise réputation ! »

Le ton de ce documentaire est donné d’entrée de jeu, avec un premier épisode intitulé « Bienvenue dans la jungle. » Un film festif mais aussi touchant, où toutes les nationalités se confondent, sans aucune distinction de classes. Peut-être peut-on y voir une façon de dédiaboliser le metal auprès du grand public, un genre souvent assimilé à des idéaux satanistes et oculistes.

La croisière s’amuse version metal, c’est à découvrir sur le site d’Arte Creative.