La famille de Marvin Gaye l’emporte contre Pharrell Williams

Publié le 20 mars 2015 à 17:47
Cécile Descamps Par Cécile Descamps
Rédactrice

Il a saturé l’été 2013… le titre Blurred Lines est désormais au cœur d’un procès opposant Pharrell Williams aux héritiers de Marvin Gaye pour une histoire de pognon. Pardon, de plagiat. Mais aussi un peu de pognon…

Le 10 mars dernier, Robin Thicke et Pharrell Williams ont tous les deux été condamnés par un tribunal de Los Angeles à verser plus de 7 millions de dollars à la famille du roi de la soul. En cause : leur tube Blurred Lines, dont le jury a estimé qu’il était un plagiat du légendaire Got to Give It Up, sorti en 1977 par Marvin Gaye.

Envie de vous faire une idée ?

Les héritiers de la légende de la soul ne voulaient pas retirer la chanson de la vente, non, juste négocier une partie des revenus à venir de Blurred Lines (tiens donc !). Robin Thicke lui même a admis s’être inspiré de Marvin Gaye, tandis que de nombreux compositeurs ont fait entendre leur voix pour le défendre : si la ligne de basse est très (trop ?) proche, les mélodies et les paroles sont, elles, bien différentes… Pharrell Williams a d’ailleurs pris la parole dans une interview parue mardi dans le Financial Times, expliquant que tous les auteurs étaient forcément inspirés par d’autres : « Le verdict handicape tout créateur qui fait quelque chose en pouvant être inspiré par quelque chose d’autre« .

Qu’importe. La famille Gaye ne s’arrête pas là, relevant aussi une ressemblance entre le tube Happy et le titre Ain’t That Peculiar de Marvin Gaye. Dans une interview accordée à la radio américaine CBS News, Nona Gaye, la fille du roi de la soul déclarait : « Je ne vais pas mentir. Je pense que les titres se ressemblent« . Oui, euh… on vous laisse juges :

Il ne devrait pas y avoir de poursuites judiciaires. Nona se dit « satisfaite du précédent jugement » à la suite d’un procès qui a tout de même duré plusieurs mois. Il est aussi tout à fait possible, comme c’est courant dans ce genre de cas, que le différend se règle dans l’ombre, à l’amiable, entre les deux parties…