Just Rock ? #5 : Stupeflip

Publié le 20 octobre 2011 à 0:01

Festival Just RockOÜI FM vous invite au festival Just Rock ?, du 15 au 30 octobre à Lyon et ses alentous ! Le 28 octobre à 20h30, retrouvez Stupeflip au Transbordeur !

Stupeflip cultive l’art du camouflage, l’art de ne pas se prendre au sérieux, mais est surtout un groupe qui adore la provocation. A la croisée des chemins entre hip-hop et punk, le trio Avance masqué et déguisé. Depuis le début des années 2000, il a publié Deux albums et s’est fait REMarquer en 2003 avec le single parodique Je fume pu d’shit. Il signe son grand retour scénique avec son tout nouvel opus The Hypnoflip Invasion, déjà culte… Sa musique est un mélange de petits samples inquiétants, de boucles immatures, de rythmes enivrants et d’airs insistants comme des parfums, avec des parties chantées passant de « rappé-hurlé » à « chanté-gémi », le groupe déploie une mythologie dans lequel il s’inscrit comme son « extension ». C’est le C.R.O.U., « là, entre autres, pour terroriser la population ». Stupeflip est une sorte d’Al-Quaïda du Gentil. L’ego trip typique du Rap West Coast – presque toutes les chansons de Stupeflip présentent et re-présentent ses personnages, Pop-Hip, Kingju, Cadillac, MC Salo – y est doublé comme une fourrure par une annihilation du moi pathético-parodique. Toute tentation autobiographique est exorcisée dans la Grande Fiction. La justification de son combat est déplacé dans un monde imaginaire, grandiose et larvaire, replié sur lui-même comme un hérisson.

Les chansons parlent, avec une drôlerie pleine de compassion, des laissés pour compte, des ratés, des monstres. « Le Stupeflip C.R.O.U. ne mourra jamais » mais n’évoluera pas, il se fermera en spirale dans l’antériorité du Grand Rien, qui se confond avec le moment de la naissance. L’objectif n’est pas d’Avancer, mais de rester attaché obsessionnellement aux références les plus terrifiantes de l’enfance. The Hypnoflip Invasion va jusqu’au bout de l’embarrassant. Dans ce troisième disque, plus fou et plus beau encore que les Deux pREMiers, Stupeflip dessine la fleur transfiguratrice d’un hilarant pathétique. REMpli de récits d’amour paradoxaux il est à la fois plus désenchanté et plus joyeux. De « Foule Sentimentale » à Mylène Farmer, du fromage Kiri aux images Pannini, rien n’est Chic ni cool dans ce que raconte Stupeflip, tout est flippant parce que tout est vrai : vrai le pathos d’enfant malade qui a peur d’être pris pour fou, vrai le « spleen des petits », vrai la rage d’en finir avec un monde mauvais et tous ses émissaires (« je les déteste »).

La troisième ère du stup commence maintenant. Et l’invasion se manifestera par une tournée dont la radiCalité s’exprimera avec une précision plus rigoureuse que jamais. Plus visuelle et plus dramatique, le tour que prépare Stupeflip à son public d’âmes damnées aura la logique d’une machine infernale. Mais tout le monde sait que la terreur sur Terre, le flip hypnotique suprême, est l’apanage des gros trAvailleurs. La grande Vengeance, c’est de refaire le monde, miette après miette : « Prendre des p’tits bouts d’trucs et puis les assembler ensemble. »

Transbordeur 3 Bd Stalingrad 69100 Villeurbanne
Préventes 18 € (partenaires) et 20 € (+ frais de loc.) / Guichet 23 €

Pour tenter de gagner des invitations, répondez à la question suivante :

Désolé le concours est terminé