Jack Lang : « Lutter pour les labels indépendants, c’est lutter pour la diversité artistique »

Publié le 12 octobre 2016 à 17:49
Angèle Chatelier Par Angèle Chatelier
Journaliste

Mardi 11 octobre 2016, le « Prix des Indés » a récompensé les labels et artistes indépendants. Radio Elvis, Jeanne Added et Odezenne y ont notamment été distingués. Qu’est-ce que cela signifie ‘être indépendant’ pour les artistes présents ? OÜI FM est allée à la rencontre des lauréats, et a échangée avec l’ancien ministre de la culture, Jack Lang, au passage. 

ouifm-prixdesindes

Ils sont plusieurs centaines et envahissent l’industrie musicale : les labels indépendants. Ils se distinguent des trois grosses maisons de disques (Sony, Universal et Warner) appelées les majors. La Société civile des producteurs de phonogrammes en France (SPPF) a récompensé, mardi 11 octobre 2016, ce qu’elle jugeait être les meilleurs artistes et labels indépendants, à la première édition du Prix des Indés.

Les auteurs de La Traversée, Radio Elvis et l’hypnotisante Jeanne Added  en ressortent grands gagnants : le premier, élu « coup de coeur de la programmation OÜI FM » aux OÜI FM Rock Awards en avril 2016, a confirmé sa place d’espoir du rock français. Jeanne Added, encensée par la critique, elle aussi primée aux OÜI FM Rock Awards dans la catégorie « Prix de l’artiste et album rock de l’année (catégorie Indé) », continue d’époustoufler son public avec son titre Look At Them, et les autres, issus de son album Be Sensational. Signée sur le label Naive, Jeanne Added a su prendre son temps en étant indépendante : « J’ai débarqué à plus de trente ans dans le milieu de la pop et du rock » a-t-elle confié. « Être indépendante m’a permis de faire les choses à mon rythme, et prendre des décisions pour moi. » Tout juste sortie de la scène de la Cigale, elle l’a affirmé au micro de OÜI FM :

« On a, avant tout, signé avec des gens« , pas avec une entreprise, concèdent, eux, Radio Elvis. Et pour cause : ils sont chez le label indépendant [PIAS]. Le groupe tempère le débat : « Il ne faut pas mettre les ‘majors’ et les ‘indés’ les uns contre les autres. Je ne pense pas que l’on soit plus libres, nous sommes juste libres différemment. » Leur plaisir, il provient du fait que tout le monde se sente concerné par leur projet dans leur label, « même la compta » plaisantent-ils. Écoutez-les :

Indépendance, synonyme de liberté ? Pour la chanteuse Yael Naim, c’est « la liberté de créer ce que tu veux, de la manière que tu veux, sans contraintes extérieures. » Depuis douze ans, l’artiste produit ses disques chez elle, et « le bonheur a commencé comme ça » :

La SPPF, pour la première édition du « Prix des Indés » présentée par Leïla Kaddour, a constitué un jury de professionnels du secteur digital et physique de la musique pour décerner quatre prix. Voici le palmarès complet :

– Meilleur album : Jeanne Added avec Be Sensational (Naive)

– Album révélation : Radio Elvis avec Les Conquêtes (PIAS)

– Album audacieux : Bachard Mar-Khalife avec Ya Balad (InFine)

– Video-clip de l’année : Odezenne avec Bouche à lèvres (Tôt ou Tard)

Quatre autres prix ont été attribués par la SPPF elle-même. Après avoir fait récemment la une du New-York Times, Christine and the Queens a raflé le ‘Prix du meilleur album à l’export’, suivi d’Ed Banger pour la catégorie ‘Prix du meilleur petit label’. Le rappeur marseillais Jul a reçu le prix du titre le plus streamé avec Amnesia.

En fin de soirée, l’organisation a remis le ‘Prix d’honneur à une personnalité’ à l’ancien ministre de la culture (1981-1993), Jack Lang. Pour l’actuel président de l’Institut du monde arabe, lutter pour les labels indépendants, « c’est lutter pour la diversité artistique » :

Jack Lang (à gauche) lors du Printemps de Bourges de 1986.

Jack Lang (à gauche) lors du Printemps de Bourges de 1986.

C’est donc chose faite. Et pour de nombreuses années encore, on l’espère, l’indépendance musicale a désormais un prix.

Propos recueillis par Angèle Chatelier, en soutien avec la SPPF