François Guillemot : un Bérurier Noir au CNRS !

Publié le 2 décembre 2013 à 13:23
Matthias Haghcheno Par Matthias Haghcheno
Rédacteur
François Guillemot au CNRS ! ©AFP

©AFP

À 50 ans, l’ex-Béru devient historien !

Portrait atypique dressé par l’AFP : celui de François Guillemot, le « Fanfan » des années folles des Bérurier Noir, un de plus célèbres groupes de la scène punk française. Il fonda le groupe avec Loran à la guitare, un porte-étendard fougueux et sans concession contre la violence, malgré la réputation sulfureuse que se payeront les « Béru » en live. « On mettait en scène l’énergie » explique-t-il. Cet ex-étudiant aux Beaux Arts a rapidement déchanté après les succès du milieu des années 80, lorsque les premières divergences ont commencé à pointer, ce qui emmena à la première « dissolution » en 1989.

Passionné par le Japon et l’Asie en général, il étudie plus particulièrement la résistance armée contre le régime d’Hanoï en 1975. Il est reçu au CNRS en 2005, peu de temps après la « reformation » très éphémère de la bande. Le 24 novembre dernier, il devient officiellement chercheur historien à l’Institut d’Asie Orientale de Lyon.