Festival Les Femmes s’en mêlent le 22 mars

Publié le 11 mars 2013 à 0:01

Les Femmes s'en mêlentLe 22 mars aura lieu la 16e édition du festival Les Femmes s’en mêlent à Vendôme (41), à la Chapelle Saint-Jacques.

The Luyas

La pop est ce qu’il y a de plus compliquée à réaliser au monde (après la tarte au citron meringuée) et garder son innocence d’enfance est irréalisable (si seuls les aspects charmeurs du syndrome de Peter Pan surnagent, cela ne compte pas). The Luyas ont eux en 2012 proposé la figure parfaite. « Animator » allie la frontalité d’un propos de refrains qui se chantent, de voix leads et chorales ludiques et sensuelles, et last but not least d’une audace dans la recherche accessible. Forts de leurs expériences et collaborations respectives ( Miracle Fortress, Arcade Fire…), ils amplifient le propos et simplifient l’audace. Issus de la prolixe scène Montréalaise, ils osent aborder le mélange des genres et des implications en mixant une approche artistique contemporaine à un rendu musical résolument mélodique. Les arrangements de cordes ne sont pas là uniquement pour la beauté mais pour une raison d’être, chaque écoute nous renvoie à notre grille de classification sur la fragilité : aborder à bras le corps elle devient une arme de contentement massif.

Liesa Van Der AA

Un projet solo a les forces de ses faiblesses. Il vous impose de ne pouvoir compter que sur vous même, vous autorise à être complètement libre, vous oblige à être complètement libre, vous guide vers un fil d’équilibriste permanent sur scène. Nouvelle venue de la scène Belge, Liesa a fait fît de ces commandements et usé de son violon et pédales de boucles pour capturer son imagerie mentale. Dictatrice de ses émotions, elle malaxe son univers premier classique aux envolées rock, l’atmosphérique sans contemplation à l’absolution lyrique. On a décrit son premier album « Troops » comme un hymne à l’amour, aux révolutions perdues. S’il y a respect maladif de ses fantasmes de création, Liesa n’oublie jamais l’exigence à apposer pour une cohérence totale. Elle ne fait pas qu’une avec son violon, sa force est de n’être qu’avec avec une foule, matérialisant sa virtuosité par une ingénierie poétique, replaçant l’instrument à sa place première : un média permettant de véhiculer des combats et aspirations, sans sacralisation ou révérence, seulement le respect de l’infini des possibilités.

Festival Les Femmes s’en mêlent
Vendredi 22 mars – gratuit

Chapelle Saint-Jacques
rue Saint Jacques
41100 Vendôme

Désolé le concours est terminé