Elfondurock 2015 : les filles ramènent le soleil

Publié le 9 mars 2015 à 19:45
Matthias Haghcheno Par Matthias Haghcheno
Rédacteur

Les 6 et 7 mars derniers se tenait le festival dédié au rock féminin. Avant de découvrir un Au Secours, C’est Du Live ! (20h-22h) spécial dimanche 15 mars, petit résumé de la deuxième journée.

Le parc des Célestins de Marcoussis a accueilli cette édition 2015 d’Elfondurock, l’événement dédié au rock féminin. Et ça tombait plutôt bien niveau dates : organisé les vendredi 6 et samedi 7 mars, le festival précédait la Journée internationale de la femme, le dimanche 8. En soi, aucune méprise sur le message des deux manifestations, qui se faisaient définitivement l’écho l’une de l’autre : la femme a sa place dans la musique, dans la culture, et lui dédier ses événements est une façon comme une autre de le rappeler.

En arrivant sur place, le constat est clair : Elfondurock a ramené le soleil à Marcoussis. Coup d’envoi d’un printemps un peu avance, le parc est encore éclairé par un soleil bien présent et un ciel bleu azur. Le temps d’installer notre studio provisoire dans un studio de répétition, entouré par les kits de batterie et les nombreux instruments de musique de l’école d’art de Marcoussis (dont les locaux se situent également au sein du parc), Dom Kiris reçoit artistes et personnalité liées à l’événement pour une session d’interviews que vous retrouverez dimanche 15 mars dès 20h dans Au Secours, C’est Du Live !… interviews durant lesquelles Olivier Thomas, maire de Marcoussis et premier fan d’Elfondurock, nous a confiés avoir une écharpe tricolore signée par Didier Wampas lui-même. Punk is not dead.

Si Elfondurock s’est payé quelques artistes prédominantes de la scène française dont Mina Tindle et le Prince Miiaou (sur lesquelles nous reviendrons plus tard), le festival est également une occasion en or pour les jeunes pousses de l’école d’art de faire leurs premiers pas en live. Et c’est sur cette note de tur-fu que cette soirée du samedi 7 a débuté, avec le mini-concert du trio Petrøgrad : d’une maturité hallucinante (la chanteuse/batteuse est âgée de 14 ans !), leur pop sensible et minimaliste, en anglais dans le texte, rappelait aussi bien les xx que l’electro infusée et romantique de James Blake. Autant dire que de belles influences se dessinaient lors d’un live mené tambour battant devant un parterre de fans déjà acquis à leur cause !

Pour la suite, place au collectif Le Minimum : toute en variété et en légèreté, leur musique a su séduire les plus curieux grâce à une ambiance envoûtante et mystérieuse.

Place ensuite aux têtes d’affiche de ce samedi 7 mars, avec l’entrée en scène du Prince Miiaou : épatante de dextérité, la jeune artiste a encore prouvé son importance sur la scène rock française. Guitares acérées et bruitages vocaux étaient montés en plusieurs petites explosions scéniques dont le public a raffolé tout le long du set.

Clou du spectacle, Mina Tindle a littérallement ensoleillé cette dernière soirée d’Elfondurock 2015 : radieuse, enjouée, élégante, la chanteuse a décidé de mettre un coup de boost à ses pop songs déjà très efficaces, histoire de rappeler que les filles aussi savent faire du rock.

Retrouvez extraits live et interviews signées Dom Kiris, dimanche 15 mars lors d’un Au Secours, C’est Du Live ! (20-22h) spécial Elfondurock 2015 !