Le bilan 2013 de Noel Gallagher

Publié le 6 décembre 2013 à 12:23
Matthias Haghcheno Par Matthias Haghcheno
Rédacteur

Le bilan 2013 de Noel GallagherCoups de cœur, coups de gueule : tonton Noel nous décrit son année en musique.

Pour commencer, il n’y va pas avec le dos de la cuillère quand il s’agit d’évoquer son année personnelle : « Quelle année de merde… Tout ce que j’ai fait c’est rester à la maison et devenir un putain d’hypochondriaque. Vraiment merdique, j’ai hâte que cette année soit terminée. » Doit-on y voir un retour sur scène pour l’année 2014 ? Rien n’est moins sûr.

Mais malgré son vocabulaire fleuri, Noel Gallagher reste avant tout un musicien. Et un musicien observateur. On ne l’a jamais connu grand amateur de rap, pourtant il encense Yeezus, le dernier album de Kanye West : « C’est génial. J’ai beaucoup aimé. Surtout Black Skinhead (un des titres de l’album, ndlr). (…) Ça dégage une certaine énergie punk, lo-fi. » A propos de The Next Day de David Bowie, il déclare que « personne ne devrait avoir le droit d’être aussi bon à ce stade de leur carrière. » En revanche, il se dit totalement désintéressé par le dernier album de Daft Punk, reconnaissant que Get Lucky « brille avec une facilité déconcertante. »

Etonnamment, il est beaucoup moins tendre avec Arcade Fire, qu’il trouve prétentieux. « A quel point ces types sont arrogants pour penser que vous avez une heure et demie à consacrer à un putain d’album ? » Avant de poursuivre sur le dress-code imposé par le groupe pour leurs concerts : « C’est juste pour détourner l’attention de la merde disco qui sort des enceintes. Parce que tout le monde est déguisé comme les Trois Mousquetaires sous acide. » Il conclut le bilan par une intervention remarquable sur la recherche perpétuelle d’attention de Miley Cyrus ou Lady Gaga, expliquant : « Je pourrais aller dans les locaux de Rolling Stone et chier sur un œuf à la coque, pas vrai ? Les gens diraient ‘Bordel, c’est dégueulasse !‘ Et y aurait-il un point positif dans tout ça ? Non. Car il s’agirait toujours d’une merde sur un œuf à la coque. Point. »

Vous pouvez relire l’intégralité de cette magnifique interview (en anglais) par ici.

-Via-