Tame Impala

Tame Impala

Compilation OÜI FM Rock Awards 2016À retrouver dans la compilation officielle des OÜI FM Rock Awards 2016, disponible en CD et en digital.

Tame Impala est un groupe australien composé de Dominic Simper (guitare et synthé), Cam Avery (basse), Julien Barbagallo (batterie et chant), avec à sa tête Kevin Parker (chant et guitare). Leur musique regroupe une grande diversité d’influences et de styles, définie par Kevin Parker lui-même comme « un écoulement constant de groove-rock psychédélique qui porte l’accent sur des mélodies oniriques ».

Tame impala naît en 2007 sur les fondations d’un précédant groupe, les Dee Dee Dums, crée par le multi-instrumentiste Kevin Parker et le guitariste Luke Epstein. Sous les bannières du blues et du rock psychédélique, le leader chevelu Kevin Parker à de plus grandes ambitions pour son groupe qui remporte en octobre 2006 la finale de la National Campus Band.

Fin 2007, le groupe change son nom pour « Tame Impala » et se dote d’une nouvelle composition, sur la base d’un trio traditionnel guitare/basse/batterie. Luke Epstein quitte le groupe qui accueille désormais trois nouvelles recrues : Dominic Samper à la basse, Nick Albrook à la guitare basse et Jay Watson, batteur et chanteur secondaire. Dans cette nouvelle configuration, Kevin Parker s’impose naturellement comme le leader charismatique du groupe, partisan du Do It Yourself, qui à la fois compose, arrange, produit et mixe à lui seul la quasi intégralité des morceaux. Cet homme à tout faire, comme il se définit lui-même, est régulièrement décrit comme le chef du revival psychédélique.

En juillet 2008, Tame Impala signe avec le label indépendant Modular Recordings et sort deux mois plus tard, son premier EP éponyme, sur lequel figure le seul morceau Desire Be, Desire Go. La même année, le groupe joue en première partie de groupes tels que You Am I, The Black Keys, MGMT et Artic Monkeys. En juin 2009 sort un nouveau single, Sundown Syndrome.

Le premier album de Tame Impala, Innerspeaker, sort en France fin mai 2010 et comprend les deux premiers enregistrements du groupe, bien qu’il ne s’agisse de versions différentes. Le public y découvre une pop mélodieuse, une voix atypique, contribuant à l’atmosphère kaléidoscopique ambiante.

En octobre 2012, Tame Impala revient avec un second opus, Lonnerism, avec une pochette affichant une vue du Jardin du Luxembourg et du Sénat. Clin d’œil à la capitale française où le groupe a enregistré la plus grande partie de son album. Le morceau Feels like we only go backwards, par exemple, incarne l’esprit de cet album, qui s’impose comme une véritable ode au psychédélisme laissant libre court à l’imagination, et avant tout celle de Kevin Parker : « La grosse différence entre le premier album et Lonerism, confirme Parker, c’est que j’ai dit ‘et merde’, avant de larguer les amarres, de décider de n’en faire qu’à ma tête. Je me fous désormais que ma musique soit trop ceci ou pas assez cela. J’ai enfin, pour la première fois, confiance en mes propres goûts : plus question de modifier mon écriture pour tenter d’appartenir à une scène, pour plaire aux copains. Cette fois, j’ai vraiment laissé filer, sans la moindre retenue ! »

En Mai 2013, l’aventure s’arrête pour Nick Allbrook, remplacé dans la foulée par Cam Avery, ancien membre du groupe australien Pond, au même titre que Kevin Parker, Jay Watson et Nick Allbrook lui-même.

Début 2015, Kevin Parker collabore avec le producteur américain Mark Ronson (Amy Winehouse, Lily Allen, Christina Aguilera) sur son album Uptown Funk et l’accompagne sur scène lors du Festival Glastonbury. La chanson Daffodils, présente sur l’album Uptown Special sortit en janvier 2015, a été enregistrée avec la voix de Kevin Parker, au même titre que deux autres morceaux.

Après quelques mois de retraite chez lui, à Perth (Australie), Kevin Parker âgé de 29 ans sort le troisième album du quintet psychédélique, Currents, en juillet 2015. À la différence des précédents opus, Kevin Parker délaisse un temps soit peu le rock psychédélique au profit de sonorités plus disco, plus funk, plus électro, dans le sillage des Daft Punk dont il s’inspire. Sur cet album, les guitares se font moins présentes de même que certains effets, audibles sur les premiers disques (distorsions, répétitions, réverbérations ..). La voix de Kevin Parker est enregistrée à l’état brut, sans artifices. Pour le premier single, Let It Happen, Kevin Parker propose une ballade synthétique entre pop et électro, avec un clip narrant l’histoire d’un passager aérien pris d’une crise dont il n’est pas sûr d’en réchapper.

Dans le cadre d’une tournée européenne, le groupe marque se rend en août 2015 sur la scène du festival Rock en Seine.

Discographie

Actualités

Tame Impala sur Twitter

Vidéos