Klink Clock

Klink Clock

Le groupe décolle dès juillet 2010 avec la sortie de leur premier EP, sorti en autoproduction. Seulement 99 exemplaires ont été tirés. Un an plus tard, ils proposent leur deuxième EP, et la sortie du single de I Dream I Fuck. Le groupe ne chôme pas. En plus de nombreux remixes (Leave me My Colors de The Rabbots ou encore Black City Parade d’Indochine – pour ne citer qu’eux), le groupe revient en mai 2015 avec le single Wish. Un titre qui annonce la sortie de leur nouvel EP Kid, sorti en mai 2016. Un EP enregistré dans les studios Rubber Tracks et Virtue and Vice à Brooklyn avec Aaron Bastinelli, suite à une rencontre dans les studios parisiens de Converse.

Ils sont nombreux à avoir fait confiance, dès le départ, à Klink Clock : le groupe de rock français a déjà écumé de nombreuses salles en première partie de nombreux artistes – Moriarty, Stuck in the Sound, Hushpuppies, Soan, Astonvilla, Mademoizelle K, Les Wampas, Birth of Joy, Wanton Bishops ou encore Band of Skulls. Indochine leur offre même trente dates à travers la France, la Suisse et la Belgique. Parallèlement, Klink Clock se fait connaitre grâce aux festivals, et est soutenu : leur premier festival a été Rock en Seine, soutenu par l’Ile de France. Ils gagnent ensuite les tremplins des Nuits Secrètes, s’envolent pour le festival canadien Planet Rox, font une tournée européenne en ouverture d’un groupe japonais (Black Line), ouvrent la deuxième journée du festival Main Square en 2013, et enflamment les Solidays en 2014.

Actualités