JP Nataf

JP Nataf est un chanteur et guitariste français originaire de Boulogne-Billancourt.

JP Nataf, guitariste et mélodiste de talent, sévit dès 1982, lorsqu’il forme Les Innoncents, dont il est aussi le chanteur. Le groupe émaille les années 1980-90 de succès qu’on se surprend à fredonner encore aujourd’hui : Jodie, L’autre finistère, Un monde parfait, entre autres… Il fait désormais cavalier seul, mais reste la douceur pop, les accents rock, le sucre et les noirceurs subtiles, ingrédients qui faisaient déjà des Innocents un groupe à la saveur si particulière. JP Nataf a, en deux albums solo, recréé son univers.

JP Nataf naît en 1962. A la fin des années 70, c’est les doigts dans la prise du courant punk rock qu’il monte son premier groupe, les Privés. De changements de nom en valse des membres, le groupe donne finalement son premier concert à Paris en 1982. Il s’agit en quelque sorte de l’acte de naissance des Innocents. Avec Rico, Pierre et Tramber, le groupe enchaînera quelques dates en France.
En 1985, ils sortent leur premier single, Pamela. Le disque se vend correctement, compte tenu du faible tirage, et fait même l’objet de quelques articles dans la presse rock. Le 45 tours de Jodie créée la surprise en 1987, en se vendant à 150.000 exemplaires. L’année suivante, le groupe sort un nouveau 45 tours, Et le temps n’attend pas, mais il ne rencontre pas le succès. Au même moment, les Innocents remontent sur scène après deux ans d’absence.
Tramber quitte le groupe, et le groupe accueille Jean-Christophe Urbain, pianiste et guitariste passionné des Beatles. La nouvelle formation écrit une vingtaine de textes au cours de l’été 88. Dix sont gardés sur le premier album des Innocents, Cent mètres au Paradis. Il sort dans les bacs en 1989, porté par un single éponyme. Le groupe accueille Michael, batteur et percussionniste anglais, et ensemble, ils enchaîneront 120 dates cette année-là.

L’album ne connaît pas le succès escompté, avec seulement 16.000 exemplaires vendus, et le groupe mettra deux ans à peaufiner le suivant, Fous à lier, sorti en 1992. Il leur fera remporter le Bus d’Acier, récompensé de la presse spécialisée (aujourd’hui disparue) Les singles s’enchaînent sur les ondes radio, et l’album se vendra à 700.000 exemplaires, porté par Fous à lier, L’autre finistère, Un homme extraordinaire…

Après quelques années studieuses, mais aussi le départ de Rico, le groupe sort Post Partum en 1996, où figurent les singles Un monde parfait et Colore. L’album se vend à 200.000 exemplaires. Ils obtiennent cette même année la Victoire de la Musique du Meilleur groupe français.
En 1999, alors que les journalistes annoncent le nouvel album éponyme des Innocents comme leur meilleur, le disque ne rencontre par son public, et Jean-Christophe quitte brutalement le groupe en 2000, mettant fin aux Innocents.

Après près de 20 ans avec les Innocents, JP Nataf multiplie les collaborations, au gré des rencontres et des projets. Avec Jeanne Cherhal, il forme les Redlegs pour reprendre des classiques sur scène. Son don pour la mélodie lui vaut de travailler sur les albums de Jil Caplan, Jean-Louis Murant, Eddy Mitchell, ou encore Hubert-Félix Thiéfaine. On note aussi sa participation sur les compilations hommage à Dick Annegarn, ou Etienne Daho.

En parallère, JP Nataf continue de travailler sur ses chansons, et sort son premier album solo, Plus de sucre, en 2004. On reste dans la pop à la française où le compositeur excelle.
Puis, en 2007, le chanteur s’investit dans le projet Imbécile, concept album et pièce de théâtre, avec le concours d’Olivier Libaux (Objets, Nouvelle Vague) et Philippe Katerine, Helena Noguerra, et Barbara Carlotti. L’année suivante, il se greffe au collectif The Wantones, groupe de reprises.

A l’automne 2009, JP Nataf revient sur le devant de la scène, barbu et lunettes noires, pour son deuxième album solo, Clair, porté par le single Viens me le dire.

Actualités