Jeff Buckley

Jeff Buckley

Jeff Buckley est un chanteur de folk-rock, né en 1966 à Memphis. Il est décédé en 1997 à l’âge de 30 ans.

Doué d’une voix remarquable, multioctave, et passionné par la scène, Jeff Buckley se révèle à la scène avant-gardiste new-yorkaise en 1994 avec Grace, un album qui lui valut les honneurs des critiques internationales, lui conférant le statut d’artiste culte de sa génération. Trois ans plus tard, à l’aube de son 31e anniversaire et de l’enregistrement de son deuxième album, il meurt accidentellement, noyé.

Tout au long de sa vie, Buckley est hanté par le fantôme de son père, qu’il n’a jamais vraiment connu, le songwriter Tim Buckley (lui aussi mort jeune d’une overdose à l’héroïne, à l’âge de 28 ans). Jeff Buckley n’a rencontré son père qu’une seule fois, il passa une semaine avec lui à l’âge de huit ans. Il était en fait plus proche de son beau-père Ron Moorhead, mécanicien, qui contribua à l’amener à la musique en lui offrant son premier album de Avant le divorce de sa mère, Mary Guilbert d’avec son deuxième mari, Jeff était d’ailleurs connu sous le nom de Scotty Moorhead.

Après avoir joué dans quelques cover bands au lycée, et suivi les cours du Los Angeles Musicians Institute, Buckley part pour New York en 1990. En avril 1991, un peu à contrecoeur, il participe à un concert hommage à Tim Buckley à l’église St Ann de Led Zeppelin, l’amènent à conclure un contrat avec la Columbia Records en 1993. Live at Sin-é, un EP de quatre titres, sort alors que Buckley enregistre son premier album, Grace, avec son groupe.

Avec Last Goodbye, ou encore la reprise de Hallelujah de Leonard Cohen, Grace se vend modestement, mais reçoit l’accueil chaleureux des critiques. La tournée qui suivit dura près de 3 ans. Au cours de l’année 1996, Buckley commence à enregistrer des démos pour son deuxième album, qui devait s’appeler My Sweetheart the Drunk, avec le producteur Tom Verlaine (du groupe Television). A l’origine, il comptait enregistrer cet album avec le producteur de Grace, Andy Wallace, à Memphis, où il a récemment déménagé.

Le soir du 29 mai 1997, alors qu’il attendait que son groupe arrive de New York, Buckley et un ami prennent la route du lieu de répétition, quand ils décident de faire une pause au bord du Mississippi. Buckley entre dans l’eau tout habillé, commence à nager. Il est soudainement happé dans le sillage d’un bateau. Son corps ne sera retrouvé que six jours plus tard.

Après sa mort, la mère de Buckley prend en charge ses affaires en cours avec la Columbia. Sketches for My Sweetheart the Drunk sort en 1998 à titre posthume. Ce double album contient les sessions studio produites par Verlaine, et une sélection de chansons inachevées que Buckley venait d’enregistrer sur quatre pistes. Il est suivi de l’album live Mystery White Boy en 2000, ainsi que du DVD Jeff Buckley – Live in Chicago.

En 2009, Grace Around the World, dresse en deux disques un portrait musical complet de l’artiste. La même année, le documentaire Amazing Grace célèbre l’héritage du musicien, se tournant particulièrement vers les fans qu’il a inspirés. Il ne s’agit pas d’une biographie, mais bien d’un hommage.

Discographie

Actualités

Jeff Buckley sur Twitter

Vidéos