Damien Saez

Damien Saez est un poète-rockeur français né en 1977.
En 1999 sort son premier album : Jours Etranges, puis God Blesse en 2002.
En 2004 Debbie, puis un triple album intimiste Paris-L’Alhambra-Varsovie, trois disques que l’on peut retrouver dans les bacs depuis 2008. 
Son album entièrement en anglais Yellow Tricycle sort en 2009.
Son dernier album sorti en 2010 J’accuse, permet au chanteur d’exprimer clairement sa critique de la société actuelle.

Rockeur et poète écorché ou petit prince provocateur et turbulent, Damien Saez tient depuis plus de dix ans une place majeure sur la scène rock française. De Jeune et con à J’accuse, les disques comme le personnage n’ont cessé de faire couler de l’encre et de rassembler un public farouchement fidèle.

Damien Saez naît à Marseille en 1977, de parents immigrés algériens et espagnols. Alors qu’il a neuf ans, la famille quitte le Sud pour Dijon, où Damien rentre au conservatoire et apprend le violon. C’est là qu’il rencontre Franck (guitare) et Antoine (claviers). Adolescent, pour pallier au peu de place accordée à la composition, il apprend la guitare en autodidacte, et commence à écrire ses premiers textes.

Jusqu’en 1995, il joue dans des petits groupes de reprises, avant de partir pour Paris en 1996, pour tenter sa chance en solo. Il y rencontre William Sheller, séduit par ses compositions, et signe en 1996 chez Island. Trois ans plus tard, il enregistre Jours étranges, son premier album, qui fait l’effet d’une bombe sur la scène rock française. Les ballades mélancoliques et le rock enragé de Saez trouvent leur écho auprès d’une jeunesse qui fait du single Jeune et con le manifeste de ses colères et de ses désillusions. L’album se vend à plus de 300.000 exemplaires. La tournée qui suit débute avec les compagnons d’enregistrement, et s’achève avec les amis d’enfance, Antoine et Franck, pour une formule plus acoustique. Si de nombreuses dates sont annulées, la tournée est malgré tout une réussite.

Damien Saez retourne à ses cahiers, et entre en studio pour l’enregistrement de Katagena, mini symphonie entre rock, musique électronique et ballades au piano, composée de six titres : Connection, Introduction, Neige à Varsovie, L’envol, La liberté, La chute. Katagena sort dans l’ombre, disponible à titre gratuit en téléchargement sur Internet.
A la même époque, Damien Saez publie un recueil de textes, A ton nom.

En mars 2002, le rockeur énervé emmène son public dans un voyage intérieur, tout au long du double album God Blesse/Katagena, fruit de toute une année de travail en studio. On retrouve l’insolence de Saez, dans une atmosphère oscillant entre le rock sombre et enragé, le classicisme rigoureux, la techno harcore et les ambiances psychédéliques, où se mêlent spleen et colère, arrogance et doute.
La même année, la chanson Sexe sera utilisée sur la bande originale du film Femme Fatale, de Brian de Palma.
Là encore, le public voit de nombreuses dates de la tournée qui suit s’annuler, apparemment sans raison.

Quelques jours après l’accession de Le Pen au second tour des élections présidentielles, Saez envoie sur les ondes et sur le Net Fils de France, condensé de colère et d’incompréhension, en réaction à un événement politique sans précédent en France. La jeunesse ne s’est pas déplacée pour voter, et la chanson en appelle à une (re)prise de conscience politique.

En 2003, Saez rassure ses fans en remontant sur scène pour trois dates à la Cigale, en formule piano-voix.

Après de longs mois d’écriture et d’enregistrement, le jeune rockeur prolifique revient en 2004 avec un troisième album, dans une veine très rock, Debbie. L’album direct, réfléchi, toujours cérébral et en marge des formats. Si on ne peut pas parler de succès commercial, Saez remplit tout de même les salles au cours de la tournée qui suit.

L’année suivante, Saez quitte sa maison de disques, Universal, pour le label Cinq7. Il part alors en tournée Piano & Voix, avec un piano et trois guitares, qui se jouera souvent à guichet fermé.

En 2006 et 2007, les fans sont à l’affût sur la page Myspace de l’artiste : Damien Saez poste régulièrement des extraits de son album à venir : Jeunesse lève-toi ou On a pas la thune. Il offre aussi à son public quelques escapades anglophones : Killing the Lambs, Numb et Yellow Tricycle, entre autres.

Après quelques dates, notamment à Paris et à Lyon, Damien Saez sort en 2008 un album entièrement acoustique, Varsovie, l’Alhambra, Paris. Le triple album (29 titres) est noir, dense et intime, et s’éloigne de la rage qu’on connaissait jusque là à Damien Saez.

Et c’est deux ans plus tard, en mars 2010, que Damien Saez sort un nouvel album, J’accuse. On ne peut alors pas passer à côté de la polémique qui entoure la censure de son affiche de promotion, photo d’une femme nue dans un caddie. Si certains accusent Damien Saez d’avoir agi par préméditation, flairant le coup médiatique, le chanteur s’en défend farouchement en interviews. Un tapage qui évincerait presque l’album en lui-même. Damien Saez revient aux sonorités rock, qu’il avait laissées de côté depuis Debbie, et le ton est résolument militant et révolté.

(Source : biographie de Damien Saez sur son

Actualités

Damien Saez sur Twitter

Vidéos