29 août 1966 : le jour où les Beatles font leur toute dernière scène publique

Publié le 29 août 2017 à 12:48
Angèle Chatelier Par Angèle Chatelier
Journaliste

Alors que la « Beatlemania » bat son plein, les Fab Four n’en peuvent plus. Le 29 août 1966, ils se produisent pour la dernière fois sur une scène publique au Candlestick Park, à San Francisco.

1966, au Candlestick Park de San Francisco. Ce n’est plus de la « Beatlemania » mais de l’hystérie générale. Les Fab Four s’apprête à monter sur une scène grillagée, devant un public frénétique et agité. Le groupe interprète onze titres. Le concert ne dure que 35 minutes. Le show du 29 août 1966 au Candlestick Park est le dernier sur scène des « quatre garçons dans le vent ». Comme les précédents, ce show est pratiquement inaudible : les voix féminines hurlantes masquent les jeux de guitare et l’extase collective finit par devenir dangereuse. Fin juin, lors d’un concert au Budokan de Tokyo, le groupe mobilise 35 000 fonctionnaires pour sa sécurité. Le ras-le-bol se fait ressentir : John Lennon souhaite arrêter ce qu’il considère comme « de foutus rites tribaux ».

  • Les menaces planent

Pire encore : The Beatles ont peur pour leur vie. Dans une interview accordée au London Evening Standard en mars 1966, John Lennon déclare : « Le christianisme disparaîtra. Il s’évaporera, décroîtra. Je n’ai pas à discuter là-dessus. J’ai raison, il sera prouvé que j’ai raison. Nous sommes plus populaires que Jésus, désormais. » Un tollé. Si la déclaration fait peu d’écho en Europe, les conservateurs américains s’emparent de l’affaire quelques semaines après, jugeant ces propos blasphématoires. Les Beatles se retrouvent même menacés par l’organisation suprématiste blanche, le Ku Klux Klan. Les Fab Four se produisent  alors – époque oblige – dans des conditions déplorables et s’attendent à se faire tirer dessus à tout moment« À Candlestick Park, on s’est sérieusement dit que tout ça devait s’arrêter », déclare rapidement Ringo Starr. « Je suis sûr qu’on pourrait envoyer quatre mannequins de cire à notre effigie, et que les foules seraient satisfaites. Les concerts des Beatles n’ont plus rien à voir avec la musique », s’émeut de son côté John Lennon.

Paul McCartney et John Lennon au Candlestick Park le 29 août 1966.

 

  • Sgt Peppers Lonely Hearts Club Band, le chef d’œuvre

Les Beatles s’enferment. Ils entament ce que l’histoire appelle « les années studio », au studio d’enregistrement EMI à Abbey Road. En 1967, ils sortent leur huitième album Sgt Peppers Lonely Hearts Club Band. L’opus est révolutionnaire. L’un des premiers à être considéré comme une œuvre d’art globale. Les prémices du concept-album… Mieux encore, Sgt Peppers Lonely Hearts Club Band correspond à une époque : celle du flower power, de la révolution sexuelle, des hippies. Ringo Starr en était conscient :

Il semble que Sgt. Pepper a capturé l’ambiance de cette année-là, et il a également permis à beaucoup de gens de partir de là et de se lancer.

Non plus face à des fans hystériques ou des personnes menaçantes, les Beatles utilisent la télévision le 25 juin 1967 pour se produire une nouvelle fois pour la toute première émission diffusée par satellite, Our World. Le succès est total. Mieux, il interprètent ce qui deviendra alors un tube, All You Need Is Love.

Ce n’est que le 20 janvier 1969 que les Beatles improvisent leur toute dernière prestation publique – probablement pour éviter une nouvelle fois l’hystérie. Les Fab Four entonnent pendant 42 minutes leurs plus grands tubes sur les toits d’Apple Records à Londres, sous les yeux stupéfaits des passants et salariés partis déjeuner. Les chanceux ce jour-là ne pouvaient se douter que quelques mois plus tard, les Beatles se sépareraient après dix ans de carrière.

Commentaires