Amy Winheouse, un an après

Publié le 23 juillet 2012 à 13:06
Cécile Descamps Par Cécile Descamps
Rédactrice

Amy WinehouseVoilà déjà un an jour pour jour qu’Amy Winehouse nous a quittés. Depuis ce 23 juillet 2011, The Lioness n’a cessé de faire parler d’elle, en particulier en ce jour anniversaire…

Beaucoup de choses à lire dans la presse, au sujet d’Amy Winehouse, à commencer par un article du Guardian dans lequel Tim Jonze dresse un portrait inhabituel de la plus jazzy des chanteuses anglaises, au travers des témoignages de ceux qui l’ont connue avant la gloire.

Bill Ashton, co-fondateur du National Youth Jazz Orchestra de Londres, raconte : « La professeur de chant, Annabel Williams, est venue me voir après la répétition, et m’a dit : « Elle est restée assise dans un coin à fumer, elle n’a pas du tout participé », rit-il. « Mais dès que ce fut son tour de chanter avec le big band, elle s’est simplement levée et a assuré, du premier coup. Rien qu’en écoutant les autres. » Il raconte aussi comment, avant un show prévu au Rayner’s Hotel, au nord de Londres, Amy avait remplacé la chanteuse du NYJO au pied levé, apprenant les quatre chansons sur son Discman, en quelques stations de métro.

Une jeune fille exceptionnelle au talent rare : on est loin de l’artiste abîmée qu’elle a montré à la fin de sa jeune vie, de sa tristement célèbre et autres frasques qui hélas, entâchent le souvenir d’une chanteuse surdouée.

Le site Official Charts Company fait lui le bilan d’un an de vente de disques posthumes. The Lioness est, selon Brand Barstein et Lauren Kreisler, l’une des chanteuses britanniques les plus populaires de son temps… du moins, à en juger par les 1,7 millions de copies vendues depuis sa disparition l’année dernière.

Deux autres grandes voix nous ont pourtant aussi quittés cette année, Whitney Houston et Donna Summer, et leurs disparitions ont bien sûr eu leur impact sur les charts, mais c’est dans le cas d’Amy Winehouse que celui-ci fut particulièrement extraordinaire. Peut-être parce que sa carrière fut bien plus courte que celle de ses aînées ?

Lire la suite de l’article sur

Et tandis que sur le site du magazine , on revient sur la relation d’Amy Winehouse avec son père, à la lumière de la biographie que celui-ci lui a récemment consacré et d’anecdotes que le journal en tire, le canadien choisit de (déjà) faire l’inventaire de l’héritage laissé par la jeune chanteuse.

Enfin, Amy Winehouse demain ? Son père, toujours lui, confiait la semaine dernière au quotidien anglais The Sun qu’il ne serait pas contre des représentations publiques de sa fille sous forme d’hologramme (comme Tupac, au festival Coachella, en avril dernier)

« Ce qui comptait le plus pour Amy, c’était la musique, et je suis sûr que beaucoup de monde voudraient l’entendre chanter à nouveau […] Ca dépend de ce que ses fans veulent pour entretenir son souvenir. Si c’est un livre, un album, ou un hologramme, alors ça sera ça » même si la perspective d’un hologramme lui serre le cœur « Je ne peux pas voir Amy à la télévision, ou écouter ses chansons, c’est vraiment difficile »

Il se murmure d’ailleurs que la Amy Winehouse Foundation serait en train d’organiser un concert de charité… peut-être serait-ce l’occasion ?

Pour lire l’article de