UK Beats #275 with Findlay

Publié le 24 février 2017 à 23:00

Avec ENFIN un premier album sous le coude, Findlay est revenue voir Marjorie Hache pour une émission exceptionnelle et une interview. À revivre ici.

L’émission :

Interview in english :

Cette semaine, on fête les retrouvailles avec Findlay, artiste originaire de Manchester que Marjorie Hache vous présentait au printemps dernier avec son EP Electric Bones, au son pop rock hautement influencé par le hip-hop et la jungle. À l’époque déjà elle était impatiente de sortir son premier album, et ça y est, Forgotten Pleasures arrive dans les bacs le 3 mars.

« Enfin, après des années de rejets, il arrive ! » plaisante Findlay. « J’y crois et en même temps je me dis qu’il y a un asteroïde qui va s’écraser sur la planète et bim… Pas de bol pour moi. »

Si vous avez été séduit par son EP, ne soyez pas surpris si vous y retrouvez les mêmes titres, mais également des choses plus soul et plus calmes, un peu comme si la chanteuse à la voix grave et éraillée (dans la lignée d’une Alison Mosshart de The Kills par exemple) nous proposait un petit showcase de tout ce qu’elle sait faire musicalement.

« J’ai voulu intégrer d’autres styles d’écriture et de créativité. Si on l’écoute d’un bout à l’autre, c’est vraiment deux moitiés d’une même chose. La première moitié a des titres up-tempos, et la deuxième moitié est plus calme et sombre. »

À travers cet album, Findlay revient sur ses « jeunes années plus folles » lorsqu’elle s’est installée à Londres. « Je venais de commencer une nouvelle histoire d’amour » raconte-t-elle, « et je me disais que je ne voulais plus devoir faire des rencards, etc. C’est tellement relou. J’ai passé un été à aller d’un fuckboy (« mec tocqaurd« ) à un autre et j’étais là : ‘Mon Dieu plus jamais ça.‘ Et j’ai écris une chanson qui dit ‘I don’t want to waste my time…‘ je ne veux plus gâcher mon temps avec ces losers. Maintenant je suis bien là où je suis donc je peux en rire. »

D’ailleurs, la connexion de Findlay avec la France reste forte : outre sa collaboration étroite avec son guitariste et petit ami français Jules, elle a également fait appel à des français pour apporter quelques touches en plus à la production : Jake Goslin (producteur de The Libertines), Samy Osta (La Femme, Feu! Chatterton, Rover) ou encore Flood (Nick Cave, Depeche Mode, The Smashing Pumpkins).

Retrouvez Findlay en concert le 24 avril à la Maroquinerie à Paris.

En partenariat avec :

Orange Amplifiers, partenaire d'UK Beats sur OÜI FM !