UK Beats #226 with Rat Boy

Publié le 9 décembre 2016 à 23:00

Focus with Marjorie Hache sur un des groupes sensations de cette fin d’année 2016, avec une interview exclusive à revivre ici.

Réécoutez l’émission :

Interview in english:

Rat Boy en interview au micro de Marjorie Hache dans UK Beats

Cette semaine, UK Beats retrouve un jeune anglais d’Essex qui, à 20 ans seulement, fait beaucoup parler de lui outre-Manche ces dernières années : Jordan Cardy alias Rat Boy. À travers son hybride de pop indé, de rock et de hip-hop, il nous raconte des choses banales de la vie comme se faire virer d’un boulot dans une chaîne de restaurant pour se retrouver à s’inscrire au chômage.

La musique de Rat Boy a été comparée à celle de The Streets, des Beastie Boys, de Gorillaz et de Blur. Pas étonnant, lorsqu’on sait que Jordan passe beaucoup de temps à squatter le studio de Damon Albarn… ce qui promet pour un futur premier album.

Marjorie Hache l’a rencontré lors de son passage en France, dans le cadre du festival des Inrocks, où l’interview s’est faite avec tous ses musiciens. Et pour cause, il souhaite maintenant que Rat Boy soit vu comme un groupe, et non plus comme un projet solo. « On est plus un collectif, vraiment. On danse ensemble. Rat Boy n’est pas une personne mais une émotion. »

Depuis deux ans maintenant, le nom de Rat Boy apparaît régulièrement dans les pages de la presse indé en Grande-Bretagne. Encore très peu connu du grand publique, sa façon d’aborder la scène a beaucoup évolué, notamment avant d’y monter : « Avant, on se bourrait grave la gueule avant de monter sur scène et c’était vraiment de la merde. On avait tellement peur de nos concerts que du coup, on se mettait une mine. Toute cette attente. Ils te filent de l’alcool… et te laissent dans une pièce sans rien d’autre à faire… »

Ce nouvel aspect clean ne les empêche pas de se donner sur scène : « On fait encore plus les fous. On a appris à jouer de nos instruments, surtout de la batterie. On a constaté qu’il y avait moins de barrières… qu’on pouvait repousser nos limites. Il faut s’excuser pour tout mais du moment que tu as l’argent pour payer les amendes, tout se passe bien. »

Il faut savoir que sur scène, les garçons de Rat Boy ont tendance à faire des tags et tout casser, même leurs propres instruments ! Mais attention à ne pas les mettre dans une catégorie fermée : « Pour Get Over It, on écoutait plein de samba brésilienne, et puis on a trouvé ce son, et on en a fait une boucle. C’est d’ailleurs le premier morceau qu’on ait fait basé autour d’une boucle. Ça nous gonflait d’être catégorisés comme un groupe indé, ce qui était le cas jusqu’à un certain point. »

De part ses textes qui parlent d’inscriptions à Pôle Emploi ou de mauvais jobs, Rat Boy est vu par certains comme étant une des voix de sa génération, ce qu’il approuve : « Les gens s’y retrouvent parce qu’ils viennent du même coin ou vivent la même chose. Je sais pas. On reste frais. »

Quant aux concerts, Rat Boy attire aussi bien les vieux que les jeunes, et même les parents ! Pas de dates pour un premier album mais entre le studio d’enregistrement de Damon Albarn et ceux de New York, on ne peut qu’espérer quelques chose de sympa de la part de Rat Boy.

En partenariat avec :

Orange Amplifiers, partenaire d'UK Beats sur OÜI FM !