Royal Republic + Blackfeet Revolution + Sleeppers – Festival OÜI FM Bring The Noise 2012

Publié le 24 décembre 2012 à 18:00

Festival OÜI FM Bring The Noise 2012

Samedi 22 décembre, c’est le rock n’roll sous des formes différentes qui a fait vibrer le Divan du Monde : le noise rock avec Sleeppers, le blues rock avec Blackfeet Revolution et le garage rock avec Royal Republic. Un bien beau final pour cette troisième édition du festival OÜI FM Bring The Noise.

Sleeppers

La soirée est ouverte par le groupe de noise rock bordelais Sleeppers, qui dispose d’une demi-heure pour chauffer la salle. Mêlant des influences stoner et grunge, les quatre bordelais tentent, expérimentent et alternent les ambiances, tantôt torturées, tantôt enragées. Aidés par un son exemplaire, ils peuvent jouer au mieux leurs riffs simples et leurs rythmiques variées.

En termes d’interprétation, Sleeppers et carré et maîtrise bien les changements de rythmes qui parsèment leurs compos. Le chanteur et bassiste Laul fait éclater toute sa rage de manière crédible, mais laisse aussi le micro à ses acolytes guitaristes Mamu et Raph, offrant au groupe des interprètes divers.

Forts de sept albums, les français passent en revue l’ensemble de leur discographie, en mettant notamment en avant leur dernier album en date, Keep Focus, sorti le 29 mai. Le groupe a d’ailleurs conclu son set de la même manière que son disque, avec le titre Hidden Beauties et sa rythmique entraînante.

Le concert de Sleeppers était ainsi l’occasion d’éveiller l’appétit du public avant la déferlante rock n’roll qui suivra…

Blackfeet Revolution

Il est temps maintenant pour le power duo parisien d’entrer en scène. Avec un phrasé qui peut rappeler celui de Robert Plant, Benoît chante avec l’insolence typique du rock n’roll, en faisant crier avec lui sa guitare, avec laquelle il assure tout seul rythmique et lead, pendant que Fred bat la mesure. A deux sur scène, les membres de Blackfeet Revolution, complices comme jamais, arrivent à remplir l’espace sans sourciller.

Très à l’aise sur scène, les deux parisiens chauffent immédiatement le public, convaincu par leur charisme et leur rock n’roll spontané et gorgé de feeling. Les compos font mouche, la preuve avec le public de la fosse, qui semble monté sur ressorts tant il sautille, du début à la fin du set de 50 minutes que sert le duo.

Les huit titres joués transpirent le rock n’roll joyeux et chaleureux, répondant parfaitement aux attentes des noiseurs, qui ne se font pas attendre pour chanteur en chœur le refrain de Frogs on Fire, d’accompagner le groupe sur le standard de rock Tainted Love et d’acclamer les musiciens le reste du temps.

Après une entrée en matière agréable de Sleeppers, Blackfeet Revolution a su déployer une bien belle énergie avant l’arrivée des stars de Royal Republic.

Setlist :

Make Me Your Man
Liar
Frogs on Fire
M.I.T.R.A.I.L.L.E.T.T.E.
Blackfeet Boy
Get Down
Tainted Love (reprise de Gloria Jones)
Little Suzie

Royal Republic

Après une intro en fanfare militaire, les quatre suédois entrent en scène en jouant Save The Nation, premier titre de leur album du même nom, sorti le 27 août. Si cette date au Festival OÜI FM Bring The Noise était la dernière de la tournée de cet album, ce dernier a été autant représenté que le premier du groupe, We Are The Royal, avec huit chansons chacun.

Ainsi, tous les tubes du groupes y passent, avec les singles Tommy-Gun et Addictive, les mélodiques Everybody Wants To Be An Astronaut et Sailing Man et les énergiques Punch Drunk Love et Full Steam Spacemachine. On retrouve aussi une reprise de circonstance, Driving Home for Christmas de Chris Rea, ainsi qu’un délire du groupe qui fera son effet, I Don’t Wanna Go Out. Les suédois n’oublient pas leur héritage metal et rendent ainsi hommage à Metallica en reprenant un extrait de Battery avant de jouer The End.

Côté metal, le groupe s’amuse aussi à transformer les noiseurs en metalleux en leur demandant de pousser des « yeah » profonds, avec une participation vocale de l’imposant bassiste Jonas Almén. Le chanteur Adam Grahn confiera également au public que son rêve d’ado était de chanter dans un groupe comme Slayer ou Morbid Angel.

Adam remplit d’ailleurs on rôle de frontman de manière exemplaire. Très énergique, il bouge partout sur scène, suant de partout. Il est aussi un spectacle à lui tout seul et ne lâche pas le public d’une semelle, notamment en blaguant rupture amoureuse pendant All Because of You et en formant des couples sur Walking Down The Line, pendant laquelle il engueule de manière ironique un fan qui prenait des photos.

Cette spontanéité et ce charisme ne l’empêchent pas de bien chanter et de passer sans souci du chant clair habituel aux cris profonds qui en étonnent plus d’un. Aidés par un son limpide et puissant, les musiciens interprètent les morceaux à merveille, sans perdre cette intensité rock n’roll dont le groupe fait preuve pendant toute la durée du set d’1h40.

Royal Republic a su conclure la troisième édition du festival OÜI FM Bring The Noise dans un déluge d’énergie et de rock n’roll, avec une musique qui mêle qualité et énergie.

Setlist :

Save the Nation
You Ain’t Nobody (‘Til Somebody Hates You)
Make Love Not War (If You Have to Make War – Make Sure to Make Time to Make Love in Between)
All Because of You
I Must Be Out of My Mind
Full Steam Spacemachine
Molotov
Walking Down the Line
Addictive
Punch Drunk Love
Sailing Man
The End
Underwear
Tommy-Gun

Rappel :

Everybody Wants to Be an Astronaut
I Don’t Wanna Go Out (reprise de X)
Driving Home for Christmas (reprise de Chris Rea)
The Royal