Oasis vont-ils se reformer un jour ?

Publié le 20 avril 2015 à 13:06
Matthias Haghcheno Par Matthias Haghcheno
Rédacteur

Oasis : vers la reformation ?Il semblerait qu’il y ait du progrès.

Vendredi 28 août 2009. Les écrans géants situés aux abords de la grande scène de Rock En Seine sont formels : Oasis ne jouera pas ce soir. Et pour cause, les enfants terribles du rock anglais, Liam et Noel Gallagher, viennent d’avoir une violente altercation en coulisses, juste avant de jouer. Liam aurait même cassé la guitare préférée de son frère aîné (le vilain garçon). La goutte d’eau pour ce dernier, qui annoncera dans la foulée son départ, entraînant la fin d’Oasis. Définitive ? Telle est la question.

Après la déconfiture Beady Eye, le cadet de la fratrie envisagerait plutôt sérieusement une éventuelle reformation. C’est ce qu’annonce fièrement le journal britannique Daily Mirror, précisant que les frangins auraient convenu d’un « accord entre gentlemen » pour peut-être remonter sur scène ensemble en 2016. Et si on se souvient que les échanges d’amabilités ne semblaient pas vraiment se tarir il n’y a encore pas si longtemps, force est de constater que du mieux se dessine en termes relationnels : Liam brandissant un pass backstage pour un concert de son frère par ci, Noel suggérant (et même encourageant) une carrière solo par là, certains signes ne trompent pas. Une « source proche » aurait déclaré au journal : « C’est encore un peu tôt pour confirmer quoique ce soit, mais Noel et Liam s’entendent bien à nouveau et semblent prêts à se donner une seconde chance. Rien n’a été signé, mais on peut parler d’un accord entre gentlemen. (…) Après tout ils sont de la même famille, quoiqu’il puisse se passer ils sont capables de passer outre – ils sont très proches malgré tout ce qu’on peut entendre à leur sujet. »

Même Noel, qui cartonne avec ses High Flying Birds (leur dernier album, Chasing Yesterday, est le vinyle le plus vendu de 2015 au Royaume-Uni), et qui était par conséquent bien plus réticent à l’idée de reformer Oasis, a confié au magazine Q que tout était possible : « (…) Est-ce qu’on se reformera un jour ? Du moment qu’on est tous vivants et qu’on a encore du poil sur le caillou, on peut tout envisager. Mais uniquement pour l’argent. »

C’est déjà un bon début.

-Via-