Livre : Nous rêvions juste de liberté, à gagner

Publié le 27 avril 2017 à 0:00

Le roman événement de Henri Lœvenbruck, Nous rêvions juste de liberté, prix poche « Page des Libraires – Lecteurs Onlalu », est sorti en mars dernier, et OÜI FM vous l’offre !

Hugo, dit Bohem, Freddy, Alex et Oscar ont à peine vingt ans, et rêvent de liberté. Ce rêve, ils vont l’exaucer en fuyant les salles de cours de Providence, et traverser le pays à moto.

L’aventure se découpe en trois parties. D’abord, la vie : des situations tragiques, des difficultés scolaires, les liens qui se tissent entre 4 frères réunis par l’amitié, des ados délaissés de la vie, à la dérive. Des victoires, des défaites, des joies, des peines, des bonheurs, des déchirures. S’en suit un road-trip initiatique en moto, haletant, au rythme des moteurs, des rencontres, des rages, des joies de vivre, des routes et des déroutes. La tête dans le guidon, les cheveux dans le vent, l’horizon comme destination, la liberté comme finalité. Une liberté qui se paiera au prix fort : l’histoire s’achève par des règlements de compte intenses, qui laissent sous le choc…

Une fable puissante sur l’amitié parfois aveuglante, qui parle d’adolescence, d’insouciance, de violence, de rébellion, d’amour, de trahison, de loyauté, d’honneur et de rêve de liberté, dans une ambiance sex, drugs & rock’n’roll. L’histoire évolue dans un monde de bikers, qui parle de marginaux rejetant la société et rejetés par elle. Tel Icare s’était brûlé les ailes au soleil, Hugo et sa bande brûlent les leurs en s’approchant trop près de la liberté. A la vie, à la mort.

Henri Lœvenbruck est écrivain, parolier, et scénariste. Membre fondateur de la Ligue de l’imaginaire aux côtés, entres autres de Bernanrd Werber et Maxime Chattam ; il a été nommé Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres (juillet 2011). Auteur de nombreux romans (La Moïra, Le Syndrome Copernic), Nous rêvions juste de liberté est traduit dans plus de quinze langues.

« Dans la vie, je crois qu’il vaut mieux montrer ses vrais défauts que ses fausses qualités. Vaut mieux surprendre que décevoir. » H. Lœvenbruck, Nous rêvions juste de liberté.

Tentez de gagner un exemplaire du roman Nous rêvions juste de liberté, aux éditions J’ai lu, en répondant à cette question :

Désolé le concours est terminé