[Live Report] Concert pour la liberté de la presse, par Reporters Sans Frontières

Publié le 4 mai 2015 à 16:09
Angèle Chatelier Par Angèle Chatelier
Journaliste

Reporters Sans Frontières : le concert place de la République, à ParisLe grand rassemblement pour la liberté d’expression s’est tenu dimanche 3 mai place de la République à Paris. Reportage.

30 ans. 30 ans de combat, de lutte, de dénonciation pour Reporters Sans Frontières qui, pour son anniversaire et la Journée Mondiale de la Liberté de la Presse, organisait dimanche 3 mai 2015 une série de concerts, place de la République à Paris. Lorsque l’oreille frétille derrière les concerts, entre deux interventions d’acteurs pour la liberté, un seul mot d’ordre : #Sauvonslalibertedelapresse.

Créée en 1993, la Journée Mondiale de la Liberté de la Presse fait toujours écho, et dénote toujours autant de son importance.  Hier soir place de la République à Paris, ce ne sont autres qu’Arthur HJeanne CherhalCassius (DJ set) et leurs invités, Sly Johnson et Hollysiz qui ont chantés pour la liberté. Une chose est sûre, la culture, la musique, la liberté d’expression artistique, tout cela participe au combat pour la liberté de la presse et la défense de nos valeurs. Écoutez Christophe Deloire, secrétaire général de Reporters Sans Frontières à ce sujet :

À l’heure où une partie de la rédaction de Charlie Hebdo s’est trouvée décimée, où 158 journalistes sont toujours emprisonnés, et où la France n’est que 39ème au classement mondial de la Liberté de la Presse, ce type d’évènements est l’occasion de discuter, débattre et écouter. C’était en tout cas la vocation des intervenants venus défendre leurs valeurs. Parmi eux, la prix Nobel de la Paix Shirin Ebadi, le leader du mouvement de Tiananmen à Pékin en 1989 Wu’er Kaixi, la mère du journaliste américain Austin Tice, détenu en Syrie, des membres de l’équipe de Charlie Hebdo, Joachim Roncin, créateur du slogan Je suis Charlie, les journalistes Florence Aubenas, Raphaëlle Bacqué, Didier François, Edwy Plenel, Denis Robert et l’actrice Virginie Ledoyen.

À ce moment, l’on assiste à un silence de marbre et à une écoute attentive de la part du public. Les applaudissements semblaient pleins d’espérances, de compréhension et de générosité. 158 est un chiffre bien trop important pour le nombre de journalistes emprisonnés dans le monde en 2015. 24 est encore plus inquiétant lorsqu’il s’agit d’en noter le nombre de morts. Christophe Deloire nous explique les différentes menaces qui pèsent aujourd’hui contre les journalistes.

Avec leur humour si réputé, ce n’est autre que Christophe Alevêque, Daniel Morin ou encore Camille Chamoux qui sont venus témoigner avec ironie, satire et fantaisie ce sujet pourtant si inquiétant et si intolérable. Avec prudence, rire, colère, incompréhension, nos humoristes ont su faire valoir leur conception de la liberté, celle de la presse, comme celle d’autrui.

« On ne lâchera rien, plutôt crever »

 

30 ans de moyens d’action, 30 ans de combat, 30 ans de lutte pour la liberté de la presse : Reporters Sans Frontières s’impose aujourd’hui comme un outil indispensable pour accompagner le long chemin vers la liberté de la presse. Christophe Deloire nous a parlé des différents moyens d’action de Reporters Sans Frontières :

Un Arthur H sensible, émotif, avant une Hollysiz déjantée au son de la liberté, pour terminer par un DJ set de Cassius, la soirée fut riche. Riche en vivre-ensemble, en partage, en écoute et en empathie. Celle de la culture, celle de la volonté d’être libre et celle de se battre pour continuer à l’être. Comme qui dirait, « on ne lâchera rien, plutôt crever.«