[Interview] L’art brille à Saint-Brieuc avec le festival Art Rock

Publié le 10 mai 2017 à 17:15
Angèle Chatelier Par Angèle Chatelier
Journaliste

Quand les beaux jours s’animent, Saint-Brieuc est investie. Envahie par des milliers de festivaliers depuis trente ans qui viennent profiter du festival Art Rock. Cette année, il se déroule du 2 au 4 juin avec une programmation formidable : The Kills, Archive et Metronomy fouleront – entres autres – la ville bretonne. Rencontre avec Jean-Michel Boinet, son créateur et programmateur. 

@Gwendal Le Flem

OÜI FM – Art Rock est un festival bien particulier. Un festival à thèmes. Cette année, il met en avant les quatre éléments : la terre, le feu, l’eau et l’air. Vous en ajoutez un cinquième, le pixel. Pourquoi ?

Jean-Michel Boinet – Nous sommes un festival pluridisciplinaires, c’est pour ça que l’idée des thèmes nous paraissait importante. Nous embrassons tous les genres musicaux et en même temps, nous avons toujours su accueillir des artistes d’art contemporain. Je me souviens par exemple d’Andy Warhol qui était venu en 1987, année de sa mort. On a aussi reçu Philippe Stark. Et puis, le pixel, c’est un élément très présent depuis le départ. Nous sommes parmi les premiers à avoir mis en lumière l’installation d’art numérique en France (le festival Art Rock a notamment collaboré à ce qu’est la salle multi-arts parisienne, la Gaité Lyrique ndlr). Nous restons très présents auprès des artistes qui utilisent, justement, cet art numérique dans leurs oeuvres.

OÜI FM – Les quatre éléments, mis sous le nom de thème « Fantastic Element » seront représentés par différents collectifs et artistes…

Jean-Michel Boinet – C’est vrai. Art Rock est un festival de centre-ville au cœur même de Saint-Brieuc. Nous avons en tout douze lieux de spectacle et d’exposition. Cette année, nous aurons par exemple la compagnie Carabosse qui viendra proposer des installations de feu.

Pour illustrer ces « Fantastic Elements » au travers de l’affiche officielle de l’édition 2017 d’Art Rock, le festival a fait appel au photographe américain Neil Krug. Il est connu, notamment, pour avoir réalisé les pochettes de disques de Lana Del Rey, de Foals, ou encore de Bonobo. 

OÜI FM – Il parait que la programmation d’Art Rock, et le festival en général, c’est une histoire entre un père et sa fille…

Jean-Michel Boinet – Effectivement. Cela fait trente ans que j’ai crée Art Rock et il faut savoir passer le relais. Alice (Boinet ndlr) a donc rejoint l’équipe cette année et j’ai une totale confiance en elle. Elle est à l’origine des 3/4 de la programmation.

OÜI FM – La programmation, justement, parlons-en. Cette année notamment, elle est très rock. Quelle est votre relation avec ce genre musical si particulier ?

Jean-Michel Boinet – J’aime le rock. C’est une passion de longue date. Je me rappelle d’artistes formidables que nous avons invité avant l’heure comme Blur, ou Franz Ferdinand. Moi, j’ai commencé à l’école des premiers albums des Stones. Puis, j’ai beaucoup aimé la musique psychédélique des années 70, et la chanson plus moderne comme Etienne Daho lorsque j’étais étudiant à Rennes. Mais j’ai toujours aimé cet emballement et cette énergie qui caractérise le rock, et ça me semble être l’évènement le plus important sur le plan culturel de ces cinquante dernières années.

OÜI FM – En trente ans de festival, quel(s) changement(s) avez-vous noté ?

 

Jean-Michel Boinet – J’ai connu les débuts de Jack Lang au ministère de la Culture. Il a su complètement accompagner l’émergence culturelle. Il a aussi donné beaucoup à la force du design français. Je pense que ça a aussi conduit à ce qu’on appelle aujourd’hui la French Touch, avec des groupes comme Air ou Phoenix. Je trouve que nous avons une constance dans la politique culturelle française, ce qui, paradoxalement, apporte aussi un renouveau à la création mondiale.

Le festival Art Rock se déroule du 2 au 4 juin 2017 à Saint-Brieuc. Gagnez vos places ici.